Résultats décevants, mais prévisibles pour Clément Pouliot

André
André Poulin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Je savais que je partais 3e à mon entrée dans la campagne électorale provinciale et que cela prendrait une vague péquiste régionale pour que la tendance des derniers scrutins provinciaux soit inversée.

Le candidat défait Clément Pouliot, et son conseiller politique, Claude Lachance, juge convenables les résultats du scrutin du 4 septembre dans le contexte politique qui prévaut en Chaudière-Appalaches.

Ce constat, le candidat péquiste de Bellechasse, Clémont Pouliot, l’a fait au terme de la soirée électorale du 4 septembre qui l’a vu récolter 4 895 votes ou 15,18 % des bulletins valides.

Cette soirée s’est déroulée en compagnie de la quinzaine des membres de son équipe de campagne dans la résidence de l’ancien député et ami, Claude Lachance, qui l’a conseillé au cours de la dernière campagne électorale.

Ce 15,18 % des votes valides exprimés en sa faveur, il s’inscrit d’ailleurs dans la logique des pourcentages de 13,4 % des suffrages obtenus par Sylvie Vallières, en 2007, ou du 15,6 % obtenu par Jerry Beaudoin, en 2008. Compte tenu des résultats obtenus ailleurs dans les sept autres comtés de la Chaudière-Appalaches, où les candidats péquistes ont fini partout au 3e rang avec des pourcentages de bulletins valides en leur faveur variant entre 25,86 % dans les cas de la Côte-du-Sud et 10,14 % dans Beauce-Nord, d’un commun accord messieurs Claude Lachance et Clément Pouliot le considèrent convenable.

«Il faudra néanmoins que le parti prenne un certain recule par rapport aux résultats de la Chaudière-Appalaches et se questionne sur les raisons que ce soit la crainte de la nouveauté ou l’impact négatif de radios tels Radio X, le FM-93, ou CHEQ-FM sur l’électorat» signale M. Pouliot qui dans le contexte actuel croit que le projet de souveraineté si cher au Parti québécois devait être mis en veilleuse».

Quoi qu'il en soit, le désistement des électeurs de la Chaudière-Appalaches ne manquera pas d’amener son lot de maux de tête au prochain gouvernement du Parti québécois que ce soit pour désigner un titulaire au ministère de l’Agriculture, où les candidats pressentis pour occuper ce poste, dont M. Pouliot, ont pratiquement tous été défaits, ou encore, pour la nomination d’un ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches, qu’on devra forcément parachuter d’une autre région du Québec.

Organisations: Parti québécois, Ministère de l’Agriculture

Lieux géographiques: Région de la Chaudière-Appalaches, Bellechasse, Beauce-Nord Région du Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires