Des systèmes 573 fois plus polluants financés par l'État en Beauce

Réfrigération des arénas


Publié le 18 mai 2017

CIMCO déplore l'utilisation des fonds publics pour subventionner des équipements plus polluants dans les arénas dont celui de Saint-Isidore.

©TC Média - André Boutin

CIMCO, le fournisseur nord-américain de solutions de réfrigération pour les volets agroalimentaires industriel et récréatif, met en doute l'utilisation des fonds publics du Québec pour subventionner des systèmes de réfrigération près de 573 fois plus polluants dans les arénas de la Beauce.

 

L'aréna de Saint-Côme fera l'objet d'importants travaux.
TC Média - Jean-François Fecteau

En février dernier, Québec annonçait que Saint-Isidore et Saint-Côme-Linière étaient éligibles à son Programme de soutien pour le remplacement ou la modification des systèmes de réfrigération fonctionnant aux gaz R-12 ou R-22 (fréon). Elles toucheront des aides financières maximales pouvant aller à 342 114 $ et 438 050 $ pour utiliser un réfrigérant synthétique HFO R513-A. Bien qu'il soit homologué par l'État, celui-ci est réputé comme étant 573 fois plus dommageable pour la couche d'ozone qu'un réfrigérant naturel comme le dioxyde de carbone (CO2) qui a un potentiel de réchauffement global (PRG) de 1. L'ammoniac, autre réfrigérant naturel préconisé ailleurs au Canada et en Amérique du Nord, a un PRG de 0, lance le directeur général de CIMCO pour le Québec, Sébastien Castonguay.

Aux yeux du gouvernement, les gaz synthétiques tout comme les réfrigérants naturels sont des options pour éliminer complètement le fréon d'ici 2020 et contribuer à la lutte aux changements climatiques. «Il faut comprendre que nous sonnons l'alarme. C'est vrai qu'il faut changer fréon. L'intention est bonne, mais je pense que le gouvernement est allé trop vite en homologuant ce type de réfrigérant. Nous nous posons des questions», lance le directeur général de CIMCO Refrigération qui est le fournisseur officiel de la Ligue nationale de hockey (LNH).

«Nous offrons toutes les gammes de réfrigérants, mais ce n'est pas un réfrigérant que nous recommandons à nos clients par devoir de préservation. Nous sommes prudents avec quelque chose de plus ou moins connu. Nous disposons que des études des fabricants. Son impact n'a pas été mesuré pour le milieu aquatique», ajoute-t-il.

Plus coûteux ?

M. Castonguay remet aussi en doute l'efficacité et le coût des systèmes de réfrigérants synthétiques. «À un prix égal ou similaire, ils ont un système moins dommageable pour l'environnement et qui a une plus longue durée de vie. De plus, les réfrigérants naturels, qui sont là pour rester, ont une meilleure efficacité énergétique ainsi qu'une meilleure récupération de chaleur», avance ce dernier.

Il allègue que les HFO sont des réfrigérants de grades commerciaux et pourraient même être déclassés avant leur fin de vie. «Avec les dollars des contribuables, le gouvernement devrait appuyer des solutions plus durables tant pour la durée de vie que pour la performance des équipements. On subventionne les véhicules hybrides et non les camionnettes… C'est un peu l'inverse qui se produit dans notre industrie», illustre M. Castonguay de CIMCO faisant pression sur le gouvernement à cet effet depuis décembre 2015.

À lire aussi: