Sections

Les religieuses quitteront-elles Saint-Damien?

Congrégation des sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours


Publié le 11 octobre 2017

La congrégation possède de nombreux bâtiments à Saint-Damien

©Photo TC Media - Éric Gourde

SAINT-DAMIEN. La Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours (NDPS) a débuté, en mars dernier, un processus de réflexion portant sur l'avenir de la communauté religieuse à Saint-Damien.

Sans parler d'un déménagement à tout prix, la congrégation estime que de demeurer propriétaire des lieux, en assurer le maintien et gérer le personnel est devenu une tâche trop lourde à porter indique Sœur Madeleine Fillion, Supérieure générale de la Congrégation. «On est en étude. Lorsque les conversations ont débuté, nous avons dit au gens de ne pas s'inquiéter, que cela nécessiterait au moins trois ans. C'est long et c'est bientôt en même temps. Qu'on déménage est une possibilité, qu'on reste aussi. On sait cependant que le statu quo n'est plus possible.»

Le statu quo est impossible, mais nous serons transparentes pour la suite.

Sœur Madeleine Fillion

En plus des tâches à accomplir, la Congrégation a peu de revenus, ceux-ci se résumant aux pensions des religieuses, ajoute Sœur Monique Chabot, Économe générale de la congrégation. «Notre position est d'être transparentes. On informe les religieuses et les employés au fur et à mesure qu'il y a une avancée», indiquent les deux dirigeantes.

Sœur Madeleine Fillion, Supérieure générale de la Congrégation NDPS et Sœur Monique Chabot, Économe générale, ont insisté sur la transparence que l'organisation entend afficher dans ses démarches.
Photo TC Media - Éric Gourde

C'est véritablement en mars dernier que la réflexion s'est amorcée indique Sœur Fillion qui ajoute que les religieuses consultent différentes sources dans leurs démarches. «Ça fait 125 ans qu'on est ici. Une chose est certaine, nous vieillissons et le temps qu'il nous reste ici n'est pas long, même si nous ne déménageons pas. Notre moyenne d'âge est de 83 ans. La plus jeune a 56 ans et la plus vieille, 106 ans. Nous ne serons pas encore vingt ans actives ici à Saint-Damien, c'est évident.»

Sœur Fillion ajoute que la transparence sera nécessaire à l'évolution des choses, surtout qu'une éventuelle décision aura un impact inévitable sur la communauté de Saint-Damien. «Les employés s'attendaient à quelque chose éventuellement. L'ensemble de notre message a semblé en rassurer plusieurs, car nous avons été transparentes. Lorsqu'il y aura des échéanciers précis, tout notre personnel sait qu'ils seront présentés. Cela n'arrivera pas comme un coup de tonnerre qui surprendra tout le monde.»

Saint-Damien au cœur des réflexions

Sœur Madeleine Fillion indique avoir rapidement pris contact avec les autorités municipales afin qu'elles soient au fait de la démarche. La congrégation a non seulement une histoire, mais une présence visible au cœur de la communauté. «Nous avons informé les autorités locales, car il y a les religieuses et les bâtiments. En vieillissant, il faut trouver une nouvelle vocation à ces bâtiments. Nous n'occupons plus tous les espaces. Nous avons besoin de regarder tout ça avec les gens du milieu pour voir quels sont les besoins de la collectivité dans une perspective d'avenir, un peu comme nous l'avons fait pour le Collège.»

Sœur Chabot confirme que la communauté religieuse entend adopter une attitude d'ouverture. «On ne veut pas se vanter, mais nous avons fait vivre plusieurs familles à Saint-Damien à travers les années alors oui, on connait l'importance que cela représente pour les gens d'ici. »

Le patrimoine des religieuses à Saint-Damien est indéniable
Photo TC Media - Éric Gourde

«Comme individus, nous allons partir un jour, sauf que l'on souhaite aussi assurer une pérennité à tout cela.  Comme institution, la fin n'est pas pour demain, car nous avons une relève ailleurs dans le monde. Saint-Damien demeurera toujours le berceau de la congrégation et c'est important», ajoute Sœur Fillion.

Les religieuses ont toujours été généreuses auprès de la communauté de Saint-Damien. Après maintes implications dans le passé, dont celle de défrayer une partie de l'achat d'un camion pour le service incendie de la localité, elles se sont également impliquées dans la campagne de financement de la Coopérative de santé des Monts de Bellechasse. «On est nés ensemble, donc on s'entraide. On a toujours préféré soutenir des œuvres du milieu. C'est ici que sont nos racines.»

La Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours (NDPS) compte 332 religieuses dans 9 pays à travers le monde. À Saint-Damien depuis 1892, elle compte 110 employés sur trois quarts de travail pour ses 188 religieuses, dont la grande majorité demeure à Saint-Damien. Le patrimoine de la congrégation est imposant et quelques bâtiments sont cités patrimoniaux. Parmi ceux-ci, pensons à la chapelle Sainte-Anne, à la maison-mère et la maison-souvenir.