Sections

Le réseau FADOQ en tournée dans la région


Publié le 17 mai 2017

Gérald Lépine, à l'avant, a rencontré plusieurs dirigeants de clubs FADOQ de la région, entre autres lors de son passage à Lac-Etchemin.

©Photo TC Media - Éric Gourde

AÎNÉS. Le directeur général de la FADOQ Québec et Chaudière-Appalaches, Gérald Lépine, a réalisé au cours des deux derniers mois, une tournée qui lui a permis de rencontrer plusieurs aînés membres des conseils d’administration des clubs de la région.

Souhaitant avoir le pouls de ce qui se passe dans les régions et les clubs, huit arrêts en Chaudière-Appalaches avaient été planifiés soit à Lévis, Thetford Mines, Saint-Gervais, Saint-Victor, Montmagny, Sainte-Marie, Laurier-Station et Lac-Etchemin. «On en profite pour rencontrer les principaux dirigeants, échanger sur différents dossiers qui interpellent les aînés et de discuter des enjeux et des défis qui les préoccupent».

Le réseau FADOQ a d'ailleurs réagi de façon virulente récemment face à un sondage du gouvernement du Québec diabolisant au passage ses intentions de modifier l'actuel Régime des rentes. Selon l'organisme, le scénario mis de l'avant par Québec ferait du retraité québécois le parent pauvre du Canada puisqu’il bénéficierait d’environ 2 000 $ de moins par année que son homologue canadien.

L'appauvrissement des personnes âgées revient aussi souvent dans les discussions de dire M. Lépine. «Cela touche souvent les conjointes, car généralement, les messieurs décèdent en premier et les conjointes se retrouvent sans le revenu de son conjoint. Certaines n'ont pas droit à la régie des rentes, car elles n'ont jamais été sur le marché du travail».

Il mentionne que son organisation fait régulièrement des représentations dans le but d'éviter des hausses abusives dans le domaine du logement. «L'augmentation maximale de 7 % tolérée par la Régie du loyer est beaucoup trop élevée selon plusieurs, le coût de la vie étant d'environ 2 à 3 % annuellement. 2 % par année pour une personne âgée, c'est substantiel surtout que leurs revenus sont souvent limités à leur pension de vieillesse et une régie des rentes lorsque la personne y a droit.»

Il déplore l'absence de transport dans une région comme Chaudière-Appalaches, mais se rend à l'évidence que les régions n'ont pas les mêmes moyens que les grands centres. «Heureusement, il y a des services d'entraide dans des régions comme ici pour pallier au manque de services disponibles par rapport à ce qui existe dans les grands centres comme Lévis et Québec. Malheureusement, ces services sont très peu supportés et ne fonctionnent que grâce à l'implication de nombreux bénévoles».

Le réseau FADOQ compte près de 88 000 membres, dans 168 clubs à travers les régions de Québec et Chaudière-Appalaches.