Sections

Lévis a besoin de glace

Une autre patinoire dans l'est?


Publié le 11 septembre 2017

À titre de maire de Lévis, Gilles Lehouillier a plusieurs dossiers de la filière sport et loisirs sur son bureau.

©Photo TC Media - Éric Gourde

SPORTS. Victime de sa croissance et de l'arrivée de plusieurs jeunes familles au cours des dernières années, la Ville de Lévis travaille sur la mise en place d'une nouvelle glace dans l'est de son territoire.

Le maire Gilles Lehouillier a d'ailleurs été ferme sur ses intentions. Il a ciblé le quartier Desjardins pour recevoir ce nouvel équipement. «Une troisième glace, nous sommes déterminés à le faire, et ça ne prendra pas 20 ans. On s'enligne pour avoir trois glaces dans chacun des secteurs de la ville. À l'heure actuelle, Il y en a déjà trois dans les arrondissements de l'ouest et du centre. Avec l'aréna de Saint-Romuald, nous avons ajouté deux glaces et louons des heures à l'entreprise privée. Pour le secteur est, c'est ce que l'on regarde aussi. Si ça ne fonctionnait pas avec le privé, on pourrait envisager une deuxième glace à l'aréna de Lévis». M. Lehouillier n'écarte pas non plus une implication directe de la ville dans le dossier. Il évalue que 1 500 personnes s'installent à Lévis annuellement.

«La clientèle augmente tellement, même si on fait affaire avec les arénas voisins.»

Gilles Lehouillier

Conscient que plusieurs heures de glace sont louées dans des arénas situés en périphérie de la ville comme à Saint-Gilles, Saint-Charles, Saint-Henri ou Saint-Anselme, le maire Lehouillier n'a pas de crainte à cet effet. «La demande augmente plus rapidement que la capacité de tous les amphithéâtres, même de Bellechasse ou des alentours à combler les déficits. Dans l'est de la ville, on a un aréna (Lévis) qui est plus désuet que les autres. C'est là qu'une remise à niveau avec l'ajout d'une glace devient aussi pertinente.»

Plusieurs idées sur la table

L'aréna de Lauzon fait aussi partie des réflexions. «L'une des alternatives qui est envisagée serait de changer sa vocation et d'en faire un véritable centre de gymnastique. Le club est actuellement à la polyvalente dans des conditions qui n'ont pas d'allure. Notre ville grossit et on se doit de remettre à niveau certains équipements.»

Il a tenu à rappeler à quelques reprises que les alliés actuels de la ville seraient privilégiés et ne cible pas pour l'instant l'arrivée d'une équipe junior. «Nous tenons toujours compte de nos partenaires sauf que la clientèle augmente tellement, même si on fait affaire avec les arénas voisins. Nous ne sommes pas là pour desservir une éventuelle équipe de la Ligue de hockey junior majeure du Québec. Si des gens avec les reins solides se présentent, nous verrons ce qu'ils auront à nous proposer.»

Ses idées se dirigent toutefois vers ses propres citoyens pour l'instant. «Actuellement, nous avons environ 5 000 à 6 000 personnes qui pratiquent le hockey et 8 500 joueurs de soccer, alors c'est énorme. À ce titre nous avons une étude qui nous démontre que nous aurons bientôt besoin d'un autre soccer intérieur dans l'est de la ville.»

Une stratégie Bellechasse-Lévis en tourisme

Commentant la réalisation récente de la passerelle Harlaka, qui surplombe l'autoroute 20, Gilles Lehouillier a l'intention de faire appel à ses voisins pour aimanter les visiteurs. «Les plus beaux sentiers de motoneige dans la grande région de Québec sont dans Bellechasse. La passerelle a d'abord été pensée pour ça. Imaginons créer un stationnement incitatif tout près où les gens de la ville pourraient laisser leur motoneige en début de saison, ce serait un succès. On pourrait même viser les clientèles internationales. On peut aussi y ajouter la filière Etchemin qui a un fort potentiel touristique. Bellechasse ne peut le faire seul et nous non plus. Si nous unissons nos forces, c'est un autre contexte.»