Sections

Récolte record pour la Randonnée Alicia Mercier

Plus de 20 000 $ amassés


Publié le 12 septembre 2017

Un chèque de 20 000 $ a été remis au docteur Bruno Michon à la fin de la journée, somme qui devait être bonifiée par les responsables de la Fondation Alicia Mercier.

©TC Media - Serge Lamontagne

Lancée il y a cinq ans, la Randonnée Alicia Mercier ne cesse de prendre de l’ampleur, plus de 20 000 $ ayant été amassés pour l’occasion.

Près de 200 personnes ont pris part à l’événement qui se tenait le samedi 9 septembre dernier sur la Cycloroute de Bellechasse, à la hauteur de la route 279 à Saint-Damien.

Du nombre, 175 personnes ont marché ou circulé à vélo en direction est sur la piste cyclable, alors qu’une vingtaine de personnes prenaient part au nouveau volet course à pied, en direction de Saint-Malachie. Des parcours de 5 et 10 km étaient offerts et les meilleurs de chaque catégorie recevaient une médaille et porte-médailles fabriqué par le Groupe Côté Inox de Saint-Lazare.

Aurélie Dubé-Lavoie (avec le micro) a offert une clinique d’étirements avant le début de la randonnée.
TC Media - Serge Lamontagne

Soulignons que cette cinquième édition se déroulait sous la présidence d’honneur d’Aurélie Dubé-Lavoie. La coureuse de demi-fond originaire de Saint-Damien, qui a remporté une médaille d’or aux récents Jeux du Canada, a profité de l’occasion pour offrir une clinique d’étirements avant d’accompagner les coureurs pendant leur trajet. Après la randonnée, hot-dogs, blé d’Inde et rafraîchissements étaient offerts gracieusement aux participants et visiteurs qui pouvaient offrir des dons à la fondation, en échange.

Comme ils le font chaque année, les administrateurs ont remis un chèque de 20 000 $ au docteur Bruno Michon, responsable du département de recherche en oncologie pédiatrique au CHUL de Québec. En cinq ans, ce sont 70 000 $ qui ont été remis à l’équipe du docteur Michon qui avait traité la petite Alicia Mercier dans les années suivant la découverte du cancer des tissus mous qui allait finalement l’emporter en juin 2013.

«Mon équipe et moi avons développé une belle complicité avec les responsables de la fondation depuis le début. Chaque année, cela m’impressionne de voir ce qu’ils font et, surtout, la motivation qui est toujours là d’année en année. La communauté est tissée serré, les gens sont motivés et participent à l’activité en grand nombre», indique le docteur Michon qui était présent pour l’occasion.

Appui important

Bruno Michon rappelle que les dons venant de la fondation permettaient de financer l’embauche d’assistants et infirmières qui l’appuient dans ses travaux de recherche clinique, ce personnel n’étant pas financé par le gouvernement du Québec.

«La recherche clinique, ce sont les traitements dont les enfants, comme Alicia par le passé, peuvent bénéficier. Ceux-ci proviennent de différents consortiums partout dans le monde et ça prend une équipe pour les mettre en application, que ce soit ici ou ailleurs Canada, en sachant que ce n’est pas encore accepté comme traitement standard», précise-t-il en ajoutant que la recherche clinique permet d’améliorer la survie des enfants atteints du cancer.

Le docteur Michon souligne que lui et son équipe mènent depuis longtemps des démarches, auprès des gouvernements, pour qu’il les aide à financer ces travaux de recherche. «Pour eux, la recherche c’est optionnel. On nous dit qu’il existe des traitements standard et que c’est cela qu’ils paient. Le problème, c’est que notre domaine est tellement de pointe que le standard, ça fait longtemps qu’il est dépassé. On aimerait avoir ce qui se fait de plus récent, mais le gouvernement nous dit qu’ils n’ont pas d’argent pour cela.»

À cet égard, il souligne qu’en Ontario,  par exemple, un organisme comme le Pediatric Oncology Group of Ontario finance, du moins en partie, l’embauche d’infirmières de recherche dans les équipes d’oncologie pédiatrique, ces sommes s’ajoutant aux dons des fondations.

Le docteur Michon et son équipe reçoivent différentes sommes venant de consortiums avec lesquels ils sont associés, comme National Institute of Health ou le National Cancer Institute aux États-Unis, ou encore Leucan.

«Ici, des médecins comme moi sont payés par le système de santé, mais l’équipe de recherche est complètement à ma charge et je dois trouver le financement pour cela, ce qui représente près de 500 000 $ par année. L’argent de la fondation est assurément le bienvenu», conclut-il.

Spectacle bénéfice en avril 2014

En préparation pour la 6e édition dans un an, un spectacle-bénéfice similaire à celui avec l'ancien groupe Korum, en avril 2016, aura lieu le 14 avril 2018. Cette fois, les membres des défunts groupes Ceuz-là et Bumper Stickers se réuniront à la salle académique du Collège de Saint-Damien. Plus de détails seront dévoilés ultérieurement.