Sections

20e anniversaire des Contes du Littoral


Publié le 19 août 2017

Le comité organisateur estime avoir concocté une programmation à son image et celle de la région.

©Photo TC Media - Éric Gourde

BELLECHASSE. Les municipalités de Beaumont, Saint-Michel et Saint-Vallier recevront, pour une vingtième année, le festival Contes du littoral du 7 au 10 septembre prochain.

Mike Burns et François Lavallée seront les têtes d'affiche de l'événement. La conteuse Yolaine, Françoise Crête et Cédric Landry seront aussi de l'activité. L'objectif de l'événement demeure de maintenir la tradition convient Nicolas Godbout, lui-même conteur et membre du comité organisateur. «C'est le 4e festival du genre en importance au Québec et c'est grâce à l'implication de celles et ceux qui se sont impliqués au fil des ans qu'il a pu perdurer.»

Il estime que son comité se doit d'être prudent et ne pas tomber dans le piège d'un événement à trop grand déploiement. «Nous n'avons pas le rayonnement de certains autres festivals, mais on a toujours eu le désir de garder l'activité à notre image. Mettre en valeur nos paysages, notre patrimoine et le présenter dans des lieux qui reflètent notre histoire et qui nous appartiennent. Les conteurs et le public aiment le concept de se retrouver dans des endroits où il y a une certaine interaction. C'est quelque chose qu'on ne peut négliger.»

Nicolas Godbout a d'ailleurs débuté le tournage d'un documentaire sur les 20 ans du festival. «Je veux documenter la pratique et rencontrer celles et ceux qui se sont investis dans l'événement et ceux qui ont grandi avec. Les artistes qui sont venus se souviennent de leur passage.»

En plus des spectacles, des ateliers scolaires se tiendront dans les écoles primaires des trois localités dans le cadre de l'événement. «L'activité est aussi l'émergence de jeunes qui s'intéressent aux traditions populaires. Nous n'avions plus accès à cela à une certaine époque. Le festival est né en 1998 d'une volonté fondamentale chez nous. La parole, la communauté et nos conteurs à nous sont des choses que l'on doit perpétuer.»