Sections

Une mère étudiante publie un premier roman en France et au Québec


Publié le 30 août 2017

Alexandra Fournier traite de sujets délicats en parlant de la mort et la maladie.

©Gracieuseté

Intitulé «Un don du cœur», le premier roman d’Alexandra Fournier est disponible en France depuis la mi-juillet. Les librairies québécoises le mettront en vente dès la mi-septembre.

Cette femme de 25 ans possède un parcours peu commun. Elle a trouvé le temps d’écrire son roman alors qu’elle est mère de trois enfants de moins de quatre ans, tout en étant étudiante en Création et médias au Cégep Beauce-Appalaches. Elle est également représentante en développement des affaires à raison de 25 heures par semaine.

J’ai eu des ennuis de santé qui ont bouleversé ma vie. Je me suis plongée dans l’écriture en me rappelant que ce n’est pas tout le monde qui a cette chance.

Alexandra Fournier

Alexandra Fournier s’est inspirée d’événements survenus dans sa propre vie ou celle de ses propres pour donner vie à Sofia. Sachant qu’elle mourra bientôt, cette femme dresse un bilan sans filtre de sa vie dans une lettre destinée à Éléna, une enfant malade en attente d’un miracle qu’elle a croisée dans un hôpital.  Éléna recevra la lettre de Sofia, un véritable don du cœur.

«J’ai eu des ennuis de santé qui ont bouleversé ma vie. Je me suis plongée dans l’écriture en me rappelant que ce n’est pas tout le monde qui a cette chance. Je me suis demandé comment réagir face à la mort. Donner vie à Sofia a été libérateur pour moi», explique l’auteure de Saint-Camille résidant maintenant à Saint-Martin.

Le roman aborde le thème de la mort avec un message d’espoir. «Il n’est pas seulement question de la mort de Sofia, mais des beaux et moins beaux moments de sa vie et de celle de ses proches. J’espère que les lecteurs apprécieront l’histoire, mais je souhaite aussi qu’elle suscite une réflexion sur des thèmes comme la famille, l’amitié, l’amour, les épreuves, les choses essentielles de la vie et les futilités auxquelles on accorde trop d’importance», d’ajouter Alexandra Fournier.

Cette dernière a déjà en tête une idée pour la suite du roman. «Il me reste à trouver le temps pour le faire. Je pense que j’ai quelques nuits blanches en perspectives, puisque l’inspiration me vient à des moments étranges. J’ai toujours un carnet sur ma table de nuit et je dois souvent m’arrêter en voiture lorsque des idées me viennent», avoue-t-elle.

Parcours inspirant

Alexandra Fournier a cessé ses études en Sciences de la nature en 2009 à cause de la maladie. Devant renoncer à son rêve de devenir médecin, on lui a fait comprendre que si elle désirait avoir des enfants, elle devait le faire rapidement.

Avec deux jeunes enfants à la maison et un autre dans son ventre, Alexandra  a repris les études en Création et médias, un programme où elle met en valeur sa passion pour l’écriture. Elle a conservé des notes de 95 % et plus dans chacun de ses cours à la session d’hiver.

Alexandra élabore présentement un blogue littéraire qu'on peut déjà consulter.