Les bières de microbrasserie, un marché qui explose

Dépanneur Petro-Canada de Saint-Henri


Publié le 16 décembre 2015
Serge Léveillé dans une section de son commerce uniquement consacré aux bières de microbrasseries.
TC Media - Serge Lamontagne

DOSSIER. L’effervescence que connaît actuellement le secteur des bières de microbrasserie profite aux consommateurs. Ce phénomène a mené à l’ouverture de commerces spécialisés en bières qui ont décidé de garnir leurs tablettes de ces produits fabriqués au Québec.

Propriétaire du Dépanneur Petro Canada de Saint-Henri, Serge Léveillé a effectué un important virage il y a six ans. Et il est loin de le regretter. «Lorsque j’ai ouvert mon commerce il y a 11 ans, nous avions, mon épouse et moi, décidé de nous consacrer uniquement aux bières de microbrasserie à cet endroit. Nous avions déjà une épicerie où l’on vendait des bières commerciales (Labatt et Molson) ainsi que des bières importées et on voulait établir une différence entre les deux commerces. Cette première année a été difficile et on a dû s’ajuster. Depuis cinq ou six ans, le marché est plus mûr pour ce type de produits», précise l’homme d’affaires.

Au Dépanneur Petro Canada, on retrouve 400 marques de bières venant de 42 microbrasseries de la province. Les bières de microbrasserie représentent 45 % des ventes de bières contre 5 % il y a cinq ans. «C’est majeur comme revirement de situation. On n’aurait jamais pensé cela, surtout quand on pense à ce qui se passait il y a 11 ans.»

M. Léveillé offre une vingtaine de produits en exclusivité, dont tout récemment ceux de la Voie Maltée du Saguenay Lac-Saint-Jean pour lesquels il est le distributeur exclusif sur la Rive-Sud. «Nous avons tous les principaux vendeurs et quand les gens nous demandent certaines sortes que nous n’avons pas en magasin, on essaie de les trouver pour eux. Tout cela nous donne un avantage sur la compétition venant de Lévis ou Québec. On n’a rien à envier aux autres.»

Formation spécifique

Serge Léveillé explique que la demande est si grande que lui et plusieurs de ses employés suivront, en début d’année 2016, une formation sur les bières de microbrasserie offerte par l’Association des marchands, dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ). «Nous voulons bien servir la clientèle, répondre à leurs questions et les guider vers des bières qui répondront à leurs goûts.»

En janvier, une nouvelle activité appelée «le mois de la Micro» permettra aux visiteurs de découvrir, tous les jeudis et vendredis, de nouvelles bières de microbrasserie. Un système de pastilles de couleurs, inspiré de ce qui se fait à la Société des alcools du Québec, sera également implanté. «Celles-ci permettront aux gens de découvrir les saveurs qui les rejoignent.»

Nouvelles habitudes de consommation

Serge Léveillé souligne que la consommation de bière est en pleine mutation au sein de la population. «La bière de microbrasserie, ce n’est pas pour prendre un coup. C’est un produit que tu consommes lentement et en petites quantités, que ce soit en mangeant, en relaxant ou en regardant un match de hockey.» À cet égard, il ajoute que de nouveaux partenariats sont en développement avec le Marché Tradition de Saint-Damien et le Dépanneur Pétro Canada de Sainte-Claire. Cela permettra aux trois commerçants d’effectuer des achats regroupés, d’offrir plus de produits différents et exclusifs, ainsi que de meilleurs prix pour les consommateurs bellechassois.