Sections

Défi sportif Altergo: l'union fait la force

Publié le 28 avril 2017

Les élèves de l’école Jacques-Ouellette qui sont présents au Défi sportif AlterGo participent à l’événement dans les différentes catégories de déficience visuelle.

©Photo: Gracieuseté

Une grande famille! C’est ce que les participants du volet scolaire formaient, jeudi, jour 4 du Défi sportif AlterGo.

Peu importe la couleur de leur t-shirt ou leur dossard identifié au nom de leur école, c’est ensemble qu’ils ont relevé leur défi.

«Peu importe l’école ou l’athlète, tout le monde s’encourage ! C’est le fun pour eux, car ça les motive et les force à se dépasser. Ils sont heureux à la fin de la journée », note Marc-Antoine Blais, enseignant à l’école Jacques-Ouellette de Longueuil.

Fière représentante de son école, Anabelle Boily était heureuse de participer à son quatrième Défi sportif AlterGo.

«Je trouve ça le fun. Nous nous encourageons mutuellement, nous nous entraidons, c’est vraiment le fun. Ce sont des compétitions amicales et ça permet de dépasser nos limites chaque année.»

La jeune athlète de 13 ans aime comparer ses chronos d’une édition à l’autre. «Je suis rendue meilleure et j’aime voir où je suis capable d’aller.»

Les élèves de l’école Jacques-Ouellette qui sont présents au Défi sportif AlterGo participent à l’événement dans les différentes catégories de déficience visuelle.

«C’est bien, car ils peuvent se mesurer et se comparer à d’autres athlètes de différentes écoles. Il y en a même certains qui préfèrent quand même prendre part aux épreuves dans les autres divisions», explique Marc-Antoine Blais.

Des semaines de préparation et des mois d’entraînement les ont menés à l’atteinte de leurs objectifs. «C’est une réalisation, après des mois de travail pour ce résultat. Certains veulent s’améliorer pour l’an prochain. Ça les motivera toute l’année. La roue tourne. L’année prochaine, ils voudront à nouveau et performer et s’améliorer.»

Se faire des muscles dans les cours d’éducation physique

Marika Blanchette et ses amis du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec sont partis de Drummondville à 6 h 45 jeudi matin pour arriver à temps pour le début des compétitions.

L’athlète de 12 ans a fait ses débuts au Défi sportif AlterGo à l’âge de six ans. «C’est un défi chaque fois. Je trouve ça vraiment bien comme compétition. Chaque année, j’essaie d’améliorer ma performance», mentionne celle qui s’est élancée à la course et au lancer du poids.

Elle s’est bien entraînée pour l’édition 2017, tant dans ses cours d’éducation physique qu’avec sa famille. «J’ai fait beaucoup de musculation dans mes cours, et je vais souvent faire le tour du quartier en courant», explique Marika qui adore faire du sport.

«Ça passe le temps, mais ça permet de passer du temps ensemble.»

À surveiller vendredi

De l’athlétisme, du baseball et du hockey balle seront au programme de la dernière journée du volet scolaire, vendredi, au Défi sportif AlterGo.

Plusieurs autres compétitions seront également présentées aux quatre coins de Montréal, Longueuil et Boucherville.

Après quatre jours d’entraînement, c’est le temps de passer aux choses sérieuses en hockey sur luge. L’équipe canadienne de développement se mesurera pour la première fois aux États-Unis sur le coup de  19 h à l’aréna Howie-Morenz.

Au Championnat canadien de curling, présenté au complexe sportif Duval Auto à Boucherville, les équipes disputeront leur dernier match de la ronde préliminaire. Les formations qui accéderont aux demi-finales seront ensuite connues.

Le tournoi de boccia (Institut national du sport du Québec et centre Pierre-Charbonneau) se poursuivront tandis que les premiers matchs de rugby et basketball en fauteuil roulant (Collège Édouard-Montpetit) et de powerchair soccer (complexe sportif Claude-Robillard) seront disputés.

L’horaire détaillé est disponible au www.defisportif.com.