Télé-Surveillance Santé Chaudière-Appalaches poursuit son expansion à Lac-Etchemin

Par Andre Poulin

Fondé en 1990 dans le but d’offrir un service efficient de location de téléavertisseurs à prix abordables à la clientèle des Centres locaux de santé et de services sociaux (CSSS) de la Chaudière-Appalaches, un service dont profite présentement 1 200 résidants de la région, Télé-Surveillance Santé Chaudière-Appalaches (TSS-CA), a depuis étendu son mandat à la gestion des équipements requis pour le maintien à domicile des personnes handicapées.

Pour s’acquitter de ce mandat, qu’il lui a été confié en 1998 dans la foulée de la révision du mandat de l’Office des personnes handicapées du Québec par le gouvernement, TSS-CA avait alors confié la gestion des stocks d’équipements à une firme privée de Québec.

Depuis 2009, TSS-CA  a toutefois décidé d’assumer lui-même cette responsabilité, ce qui l’a amené à quitter ses bureaux de Beauceville et à s’installer dans des locaux plus spacieux de La Promenade Etchemin à Lac-Etchemin, où elle occupe présentement quelque 3 500 pieds carrés de plancher, emploie huit personnes à la récupération, à la livraison, à la désinfection, à la réparation, au nettoyage, et au rangement des équipements prêtés aux quelque 1300 autres clients, reconnus comme personnes handicapées au sens de la loi et qui lui sont référées par les cinq CSSS de la Chaudière-Appalaches.

Superficie de plancher doublée

Cette superficie de plancher sera toutefois doublée au cours des prochaines semaines afin de permettre à TSS-CA d’assumer pleinement le nouveau mandat de gestionnaire des équipements de maintien à domicile pour personnes en perte d’autonomie, que lui a confié trois des cinq CSSS de la Chaudière-Appalaches, soit ceux de la Beauce, du Grand-Littoral et des Etchemins au cours des derniers mois.

«Avec 7 000 pieds carrés à notre disposition, nous serons en mesure d’assumer pleinement notre mission de gestion de parc d’équipements des établissements de santé de la Beauce, des Etchemins et du Grand Littoral mais éventuellement aussi de ceux des Appalaches et de Montmagny-L’Islet puisque nous disposons aussi de deux camions cubes pour nous acquitter de nos mandats» explique M. Marcel Pion, qui occupe depuis 11 ans le poste de directeur général du TSS-CA, un organisme qui profite selon lui autant à la clientèle qu’aux établissements de santé.

Une solution économique

Ainsi la location des communicateurs ou téléavertisseurs et ses équipements périphériques, qui donnent accès 24 heures par jour, 7 jours par semaine à une infirmière de la Centrale Info-santé se fait au coût de 25 $ par mois taxes incluses, ce qui est largement en dessus de la compétition dont les communicateurs dirigent les appels à la centrale d’urgence 911.

De même, l’accès aux pompes VAC, qui donnent accès  à un traitement de guérison de plaies par pression négative aux patients des CSSS de la région, s’est soldé au cours de la dernière année par une économie de 326 000 $ pour les établissements de santé.

Enfin, la gestion centralisée du parc d’équipements de maintien à domicile des trois CSSS mentionnés leur évite d’affecter du personnel syndiqué à l’exécution des  différentes tâches associées à ce service, ce qui à terme leur permettra de réaliser des économies compte tenu notamment de l’écart des salaires entre employés syndiqués et non syndiqués.  

Organisme communautaire fiduciaire des CSSS de la région et mandataire de l’Agence de santé et des services sociaux de la Chaudière-Appalaches pour le volet aides techniques aux personnes handicapées, pour lequel cette dernière lui octroie une enveloppe de 800 000 $ par année, TSS-CA a réalisé à sa dernière année un chiffre d’affaires de 1 400 000 $, ce qui en fait une force économique non négligeable pour Les Etchemins et  compense en partie les impacts négatifs de la réorganisation des services de santé de santé des dernières années sur l’emploi. 

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des