Neuf mois dans la collectivité pour un faux viol

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Neuf mois dans la collectivité pour un faux viol
Vanessa Roussel a écopé d'une peine de neuf mois dans la collectivité pour entrave au travail policier.

Vanessa Roussel, 23 ans, cette jeune femme qui avait déclaré faussement s’être fait violée à la halte routière de Saint-Michel en 2011 a écopé d’une peine de neuf mois dans la collectivité.

La jeune femme a choisi de plaider coupable à l’accusation d’entrave au travail policier. La poursuite a ainsi abandonné l’accusation de méfait public, n’étant pas en mesure de prouver une intention malveillante en raison de l’état mental de l’accusé.

Vanessa Roussel, avait été déclarée apte à comparaître à la suite de son évaluation psychiatrique. La jeune femme de 21 ans, au moment des événements, originaire du Nouveau-Brunswick mais résidente de Québec, avait déclenché une importante opération de la Sûreté du Québec en prétendant avoir été violée à la halte routière de Saint-Michel le 21 juin 2011.

Elle a par la suite été officiellement accusée de méfait public avec l’intention de tromper, soit d’amener un agent de la paix à commencer une enquête en rapportant qu’une infraction a été commise alors qu’elle ne l’avait pas été.

Rappelons que Vanessa Roussel avait contacté les autorités en disant avoir été victime d’un viol à la pointe du couteau dans une zone boisée de la halte routière de Saint-Michel par deux hommes noirs. Les enquêteurs de la SQ avaient déployé beaucoup d’efforts pour tenter de retrouver les supposés suspects. Elle était passible de 5 ans de prison.

En plus de sa peine de neuf mois à être purgée dans la collectivité, dont les trois premiers mois chez elle 24 heures sur 24, Vanessa Roussel devra effectuer 150 heures de travaux communautaires.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires