La Société historique en quête d’archives historiques privées

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
La Société historique en quête d’archives historiques privées
Éric Légaré-Roussin et Clara Tremblay-Frenette accompagnés de Michel Tardif et Pierre Lefebvre de la Société historique de Bellechasse.

La Société historique de Bellechasse invite les citoyens de la région à partager leurs archives historiques, telles que photographies anciennes et documents textuels, sur un nouveau centre d’archives régional virtuel.

D’ici la fin du mois d’août, deux étudiants à la maîtrise de l’Université Laval, Clara Tremblay-Frenette et Éric Légaré-Roussin, se rendront dans toutes les municipalités de la MRC de Bellechasse afin de trouver de tels documents.

Ceux-ci seront triés, identifiés, numérisés et traités avant d’être retournés à leurs propriétaires. Les personnes qui souhaitent céder les documents d’archives à la Société historique pourront le faire, que ce soit par don ou par legs.

Les fichiers numérisés seront ensuite mis en ligne sur le nouveau portail Archives Bellechasse (www.shbellechasse.com/Archives_Bellechasse/index.html), sur lequel se trouve un outil de recherche permettant de les retracer facilement et rapidement.

Responsable du projet à la SHB, Pierre Lefebvre souligne qu’Archives Bellechasse vise à promouvoir les archives privées et les collections comme source d’information unique pour les chercheurs et historiens. «Cette activité contribuera aussi à faire connaître et promouvoir l’histoire de la région autant auprès de sa population que du grand public», signale M. Lefebvre qui ajoute que ce nouveau centre d’archives virtuel sera un moyen de conservation et de diffusion de la mémoire locale.

L’organisme envisage d’y stocker les éditions numérisées des 20 journaux municipaux de Bellechasse et à cet égard, elle détiendrait déjà une entente avec le journal La Boyer de Saint-Charles.

Projet de longue haleine

Pierre Lefebvre et le président de la SHB, Michel Tardif, soulignent que l’organisme réfléchit depuis quatre ans sur la gestion de telles archives. Il existe actuellement deux centres d’archives intégrés en Chaudière-Appalaches, à Saint-Joseph et La Pocatière.

«On voulait faire quelque chose dans Bellechasse, mais on ne savait pas comment. Nous a amorcé des discussions avec nos voisins de la Côte-du-Sud ainsi que ceux de Lévis, où une réflexion est aussi en cours. On se disait qu’il fallait faire un effort et on a décidé d’y aller de façon différente, avec un centre d’archives virtuel», précise M. Lefebvre qui reconnaît que la SHB n’a pas la capacité d’ouvrir un véritable centre d’archives. «Ça prend un édifice à l’épreuve du feu avec des normes de sécurité importantes et des voûtes pour conserver les documents ou éléments précieux. Ce lieu doit est ouvert au public et aux chercheurs et offrir différents services de photocopies et de numérisation. Nous ne sommes pas là encore, car ça nécessite un investissement minimum de 200 000 $ et ensuite, 125 000 $ par année pour l’entretenir et l’opérer.»

Soulignons que le projet Archives Bellechasse est financé par la SHB (5 000 $), la MRC de Bellechasse (15 000 $), Desjardins (5 000 $) et Service Canada, dont la contribution de 8 000 $ a permis l’embauche des deux étudiants. Toute personne croyant posséder des documents historiques pertinents à la constitution du centre d’archives virtuel est invitée à communiquer avec ceux-ci par téléphone au 418-837-4666 ou par courriel à archives@shbellechasse.com.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des