Saint-Charles: les Chevaliers de Colomb cèdent leur bâtiment à la municipalité

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Saint-Charles: les Chevaliers de Colomb cèdent leur bâtiment à la municipalité
Le bâtiment des Chevaliers de Colomb à Saint-Charles sera dorénavant sous la responsabilité de la municipalité

ORGANISME. Le Conseil 3194 des Chevaliers de Colomb de Saint-Charles cèdera son bâtiment de l’avenue Commerciale à la municipalité n’ayant plus les moyens d’assurer son fonctionnement et son entretien.

La résolution, adoptée à 44 membres contre 5, indique que la propriété sera cédée pour la somme symbolique de 1 $, sans aucune garantie légale. L’assemblée a délégué Rodrigue Pouliot, Grand Chevalier, et Michel Bonneau pour compléter les démarches au nom du conseil.

Ce dernier indique que la bâtisse était devenue difficile à supporter, les frais annuels de base étant de près de 14 000 $ annuellement et que le conseil doit composer avec une baisse importante de l’implication des membres. «Nous avions quelques revenus de location de salle et via notre membership ou encore par des dons, mais nous sommes un organisme de 274 membres et de ce nombre, 141 sont des membres honoraires à vie et ne paient plus de cotisation. Aussi, nous n’avons plus de relève.»

Il rappelle que le bâtiment a été érigé en 1961 et a toute une histoire. La décision a été difficile à prendre chez plusieurs. «Il fallait enlever l’émotion autour de cette réflexion, car pour plusieurs, c’était rempli de souvenirs et symbolique. J’ai planté aux quilles ici et j’ai moi-même passé 26 ans sur le conseil d’administration de l’organisation, dont trois fois comme Grand Chevalier.»

Il ajoute que l’organisme doit se consacrer sur sa mission initiale et que malgré les circonstances, le conseil est très heureux du dénouement. «Les Chevaliers de Colomb n’existent pas pour faire de l’immobilier, mais de la charité. C’est dans notre définition. Notre mouvement étant en partie religieux, le recrutement et l’assiduité des membres actuels sont aussi affectés par le contexte actuel. La municipalité se retrouve avec une bâtisse peut-être pas modernisée, mais bien entretenue.»

Michel Bonneau avoue toutefois qu’une réflexion est actuellement en cours sur l’avenir du conseil qui en est à sa 70e année d’existence. «On peut avoir un conseil des Chevaliers de Colomb sans bâtiment, mais plus personne ne vient aux assemblées. Entretemps, si quelqu’un lève la main pour prendre la relève, nous verrons ce que l’on peut faire. Il y avait toutefois 49 personnes à notre assemblée, sur 272 membres, et personne n’a levé la main ce soir-là», explique-t-il en terminant.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des