Maison patrimoniale à Saint-Malachie: pas de classement en vue

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Maison patrimoniale à Saint-Malachie: pas de classement en vue
La résidence, située tout juste à côté de l'épicerie du village, ne sera finalement pas classée par le ministère. (Photo : La Voix du Sud - Archives)

MUNICIPAL. Le ministère de la Culture et des Communications du Québec n’a finalement pas l’intention de procéder au classement de la résidence située au 1201 rue Principale à Saint-Malachie.

Si, dans sa décision, le ministère précise que l’analyse de la valeur patrimoniale de la maison révèle un intérêt patrimonial évident, mais celui-ci se situe davantage à l’échelle locale, il suggère fortement que le projet de démolition soit revu et que des solutions de rechange soient étudiées afin de ne pas sacrifier le patrimoine culturel de la municipalité.

«Le fait que la ministre n’ait pas l’intention de procéder au classement de la résidence ne signifie pas qu’elle encourage la municipalité à aller de l’avant avec son projet.  Il est fortement suggéré que la municipalité revoit son projet de démolition et que des solutions de rechange soient étudiées afin de ne pas sacrifier le patrimoine culturel de Saint-Malachie», indique Brigitte Roussy, au cabinet de la ministre.

On y juge également que cette résidence témoigne des maisons traditionnelles québécoises érigées durant la seconde moitié du XIXe siècle et occupe un emplacement stratégique au cœur du village, en plus que la résidence constitue un excellent exemple de bâtiment qui devrait faire l’objet d’une protection à l’échelle municipale.

«Il s’agit vraisemblablement de l’une des plus anciennes résidences du village de Saint-Malachie, implantée en bordure de la route Principale, au cœur du village, juste à côté de l’église paroissiale catholique», ajoute Mme Roussy.

À la municipalité, le maire Denis Laflamme indique que la municipalité n’a pas encore reçu la réponse écrite du ministère et qu’il préfère attendre d’en prendre connaissance, même s’il en connait déjà les grandes lignes, surtout que la municipalité doit également composer avec une mise en demeure adressée par le GIRAM. «Nous n’avons rien reçu encore, alors nous préférons attendre avant de réagir. C’est dommage, car quand est venu le temps d’émettre l’ordonnance, nous avons reçu cela par huissier et maintenant, nous attendons pour la réponse.»

Néanmoins, si le rôle du Ministère en matière de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel consiste à veiller à la protection des biens présentant un intérêt patrimonial à l’échelle nationale, il considère qu’il est de la responsabilité des villes et des municipalités de veiller à la protection et à la mise en valeur du patrimoine d’intérêt local et régional.

Ainsi, Si la municipalité décidait de citer la résidence, une aide financière pouvant atteindre 25 % du coût des travaux admissibles pourrait lui être accordée. Toutefois, le déménagement d’un bien patrimonial ne fait pas partie des travaux admissibles. La valeur patrimoniale d’un bien tient compte des caractéristiques du bien lui-même, mais aussi de son environnement.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des