Une antenne d’Investissement-Québec dans Les Etchemins toujours d’actualité

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Une antenne d’Investissement-Québec dans Les Etchemins toujours d’actualité
Stéphanie Lachance réitère que des leviers de relance pour Les Etchemins seront mis en place (Photo : La Voix du Sud - Éric Gourde)

POLITIQUE. Alors que le gouvernement de François Legault planche sur une réforme d’Investissement Québec, dont la teneur reste à préciser, la démarche ne devrait pas empêcher la création d’une antenne de l’organisation dans Les Etchemins.

C’est du moins l’avis exprimé par la députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, lorsqu’interrogée sur le sujet. Mme Lachance confirme que Québec est à revoir le rôle d’Investissement-Québec et que l’idée d’une antenne locale demeure d’actualité, comme évoqué lors de la dernière campagne électorale.

«C’est dans le même ordre d’idées. Revoir le rôle d’Investissement-Québec, c’est aussi voir comment on peut rendre utile et pratique une organisation comme celle-là pour nos régions qui sont souvent mises à part par ces structures. Nous n’avons pas utilisé le terme décentralisation, mais il y a une réflexion d’engagée», laisse-t-elle entendre.

La députée ne voit pas non plus de lien entre Investissement-Québec et le Plan de relance de la MRC des Etchemins où une somme additionnelle de 2 M$ annuellement pendant quatre années avait été réclamée par les élus et fait partie d’un engagement de la Coalition Avenir Québec (CAQ). «Ce sont deux dossiers distincts, mais deux missions qui sont en relation. Les dossiers ne seront pas gérés par les mêmes personnes», indique-t-elle.

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a déjà reconnu qu’Investissement Québec est trop concentré dans le segment du financement occupé traditionnellement par les institutions financières. Pour favoriser la création d’entreprises, il est d’avis que retirer la paperasserie des mains des entrepreneurs pour la confier aux employés de la société d’État est la solution. L’objectif sera d’accroître la productivité des entreprises québécoises et la seconde d’attirer beaucoup plus d’investissements étrangers au Québec.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des