MRC des Etchemins : les personnes en situation de pauvreté consultées

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
MRC des Etchemins : les personnes en situation de pauvreté consultées
Une quarantaine de personnes ont pris part à la consultation tenue le 27 mars dernier au Soleil rouge soupe populaire de Lac-Etchemin. (Photo : gracieuseté)

LAC-ETCHEMIN. Une quarantaine d’intervenants provenant des quatre coins de la MRC des Etchemins, dont bon nombre de personnes vivant en situation de pauvreté et d’exclusion sociale, ont pris part à une consultation visant à identifier leurs besoins actuels et futurs.

Cette consultation, initiée par les organismes communautaires de la MRC des Etchemins, se déroulait le 27 mars dernier au Soleil rouge soupe populaire de Lac-Etchemin et s’inscrivait dans le processus de mise en place du nouveau Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale (PAGIEPS).

Adopté il y a deux ans par l’ancien gouvernement Couillard, ce nouveau plan prévoit l’adoption d’un plan d’action régional pour l’ensemble de Chaudière-Appalaches, mais aussi de projets qui s’étendront jusqu’en 2023.

Directrice générale de L’Essentiel des Etchemins et représentante de la MRC des Etchemins au sien de la table régionale qui a pour mandat d’élaborer ce plan d’action, Geneviève Turcotte souligne qu’avant la tenue de cette consultation, les membres du GRAP des Etchemins s’étaient réunis et que les priorités établies à ce moment étaient les mêmes que celles identifiées lors de la séance du 27 mars.

La sécurité alimentaire, la participation à la vie sociale et culturelle de la MRC, le transport et le soutien à l’action bénévole sont des besoins qui sont clairement ressortis. Avoir de l’aide pour faire son épicerie, pour cuisiner ou pour d’autres types d’accompagnements, l’élargissement des services et l’augmentation des heures d’ouverture de la soupe populaire sont d’autres suggestions qui sont ressorties de cette rencontre à laquelle participaient également quelques élus de la MRC, soit les maires Camil Turmel (Lac-Etchemin), Hector Provençal (Sainte-Rose) et Marielle Lemieux (Saint-Magloire), ainsi que le directeur général de la MRC des Etchemins, Luc Leclerc.

Suite à cette rencontre, la consultation se poursuivra au sein des organismes communautaires, ce qui permettra, souligne-t-on, de rejoindre le plus grand nombre de personnes possible.

Une compilation des propositions, idées et solutions proposées lors de la consultation et des rencontres à venir sera effectuée par les organismes participants. Celle-ci sera envoyée aux maires et mairesses de la MRC, dans un premier temps, puis acheminée aux membres de la table régionale qui s’en serviront pour l’élaboration du plan d’action régional.

Ce plan d’action et les priorités qui en découleront serviront à la rédaction de projets novateurs, dans chaque MRC, visant à contrer la pauvreté et l’exclusion sociale. Pour la MRC des Etchemins, le PAGIEPS représente une somme de 428 881 $ pour la période 2017-2023, la quatrième plus importante pour la région Chaudière-Appalaches.

Mme Turcotte souligne que l’élaboration et l’adoption du plan d’action devront se faire rapidement par la table régionale qui souhaite lancer un premier appel de projets dès la période estivale, ce qui permettrait aux projets recevant un soutien financier de se mettre en branle d’ici l’automne 2019.

Directrice générale de L’Essentiel des Etchemins depuis six mois, Geneviève Turcotte souligne que les besoins sont grands dans la MRC des Etchemins.

Demandes toujours nombreuses

Directrice générale de l’Essentiel des Etchemins depuis six mois, Geneviève Turcotte souligne que les besoins venant des personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale sont toujours aussi nombreux dans la MRC.

«Les demandes sont toujours nombreuses, mais plusieurs se privent de faire appel à nos services, car ils n’ont pas les moyens physiques pour venir ici. On les connaît, on essaie de les dépanner le plus possible, mais ce n’est pas évidant en connaissant la réalité des organismes communautaires comme le nôtre. On a de bien belles intentions, mais on n’a pas toujours les moyens pour les mettre en application», souligne-t-elle.

«On a battu des records de distribution de nos boîtes alimentaires depuis que je suis en place. Il faut cependant que les gens viennent les chercher, car nous n’offrons plus le service de livraison en raison d’un manque de bénévoles», déplore-t-elle en ajoutant que si l’argent demeure un défi, il serait difficile pour son organisme de répondre à tous les besoins sans l’apport de ces bénévoles et du Grenier des Trouvailles.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des