Climat toujours tendu à Saint-Michel

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Climat toujours tendu à Saint-Michel
Le conseil municipal de Saint-Michel doit toujours composer avec une situation tendue. (Photo : La Voix du Sud - Éric Gourde)

MUNICIPAL. Les citoyens étaient encore nombreux lundi soir dernier à la séance du conseil municipal de Saint-Michel. Les dossiers de la rémunération des élus, de la tarification imposée aux utilisateurs de l’aréna de Saint-Charles et du climat tendu au sein de la localité ont été particulièrement au cœur des questions des citoyens.

Trois démissions ont été officialisées au cours de la séance, soit celles de deux conseillères municipales et d’une adjointe administrative dont les lettres ont été lues publiquement. Toutes ont évoqué des raisons personnelles pour justifier leur départ.

Le salaire des élus était également à l’agenda et le conseil a finalement adopté la proposition qu’il avait soumise il y a quelques mois, soulevant la déception chez plusieurs personnes dans l’assistance. Sur le sujet, le maire Tessier a insisté sur le fait que la chose avait été étudiée à maintes reprises. «Un groupe de citoyens est en désaccord avec notre démarche et ils ont eu l’occasion de s’exprimer. Il n’y a jamais de bon moment pour procéder à des ajustements du genre. Il fallait remettre le règlement aux normes comme prévu et c’est ce que nous avons fait.»

Selon lui, les raisons de cette modification ont possiblement été mal comprises par certaines personnes. Les décisions prises par le conseil ne le sont pas sans raison. «On devra expliquer davantage notre vision à long terme. On doit faire davantage d’efforts en ce sens pour que davantage de citoyens, y compris les plus réfractaires, saisissent les raisons qui nous motivent. »

Il prévient que d’autres décisions pourraient éventuellement être prises, toujours dans l’esprit d’améliorer à la fois les services et les finances de la localité. Les termes regroupement et fusion de services sont de plus en plus évoqués à différents niveaux, notamment du côté des services incendie pour les localités de la plaine et du littoral de Bellechasse. «Si on veut survivre, on se doit de changer certaines choses, sinon on fonce droit dans un mur. Des habitudes sont bien ancrées. Je conçois très bien que le changement dérange et que certaines personnes puissent être ébranlées. Ce n’est plus un choix, c’est une nécessité. Il faudra être imaginatif. Quel sera le résultat ? Laissons la chance au coureur.»

Les loisirs à la loupe

Relativement au fait que la municipalité de Saint-Michel se soit retirée de l’entente qui la liait à celle de Saint-Charles pour l’utilisation de l’aréna et la pratique des sports de glace, le maire Tessier a tenu à réitérer que son conseil souhaitait élargir l’appui aux parents. «On a choisi de bonifier à 15 000 $, le montant de 12 000 $ qui était consacré à cette aide, mais de le répartir à un bassin de 300 enfants, plutôt qu’à 20 enfants qui pratiquent des sports de glace. Maintenant, cette aide est consentie autant aux sports qu’aux arts et à la culture», a précisé le maire Tessier.

Quant à la tarification acheminée aux parents par la municipalité de Saint-Charles, le maire Tessier a tenu à préciser que le dossier n’est pas fermé. Il espère même que ses collègues des localités voisines en discutent davantage. À ce sujet, des parents ont tenu à dire au conseil qu’il était injuste que seuls les enfants soient considérés dans l’entente, alors que des adultes utilisent aussi l’aréna pour la pratique d’activités et même des gens hors-territoire, mais qu’aucune tarification additionnelle n’est imposée à ces gens-là.

«C’est une problématique beaucoup plus large que Saint-Charles, l’enjeu des arénas est régional. Nous sommes très sensibles et ne laisserons pas tomber les parents concernés. Des gens nous ont suggéré quelques pistes de solution qui seront étudiées sérieusement. Il faudra peut-être provoquer cette réaction, mais surtout en assurer la pérennité», a-t-il ajouté en ne rejetant pas la proposition de certains citoyens à l’effet que la jetée à la marina locale puisse aussi être considérée comme un équipement régional, à l’exemple des arénas et des piscines municipales, par exemple.

Interrogé sur le fait que tous les partis impliqués dans le dossier avaient des arguments valables, M. Tessier est tenté de le convenir. «Si tout le monde a raison, c’est une raison de plus d’essayer de trouver une solution durable. Il faut s’asseoir, se remettre en question, être imaginatif et faire un exercice sérieux.»

L’importance des communications

Des personnes présentes ont également reproché au maire Tessier de ne pas mettre en pratique certaines des critiques qu’il avait émises avant de se porter candidat, notamment au niveau de l’écoute des citoyens. «Il arrive que le «day to day» nous rattrape à l’occasion. On aimerait faire les choses différemment des fois, mais on fait face à du légal ou encore on nous met des bâtons dans les roues. J’aurai peut-être les fruits de ce que j’ai promis à la fin de mon mandat.»

Il demeure convaincu de la nécessité de reconstruire l’appareil municipal de sa localité. «Il faut devenir un modèle pour une municipalité de notre taille, mais ça ne se fait pas instantanément. Saint-Michel devra être sur la coche en 2019. Nous avons plusieurs petites actions à apporter pour rendre notre municipalité efficace, pour mieux communiquer et mieux entendre aussi.»

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des