Importantes tractations immobilières en cours dans Les Etchemins

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Importantes tractations immobilières en cours dans Les Etchemins
La Société québécoise des infrastructures songerait à acquérir le bâtiment appartenant à la MRC des Etchemins. (Photo : La Voix du Sud - Archives)

RELOCALISATIONS. Après avoir informé à la Sûreté du Québec, en octobre dernier, qu’elle manquait d’espace et souhaitait récupérer ses locaux afin d’y loger ses employés actuels et futurs, la MRC des Etchemins songerait également à la possibilité de se relocaliser.

La Société québécoise des Infrastructures (SQI), organisme qui gère les édifices gouvernementaux, aurait offert d’acheter les locaux actuels de la MRC, ce qui permettrait à la SQ des Etchemins de demeurer au même endroit, entraînant par conséquent ce nouveau revirement de situation.

Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, la SQI aurait étudié diverses avenues, dont la possibilité d’aménager le poste de la Sûreté du Québec dans les locaux du ministère des Transports, sur la route 277 à Lac-Etchemin. L’idée aurait toutefois été abandonnée et la SQI aurait offert d’acheter l’édifice de la MRC qui est situé dans le secteur de Sainte-Germaine-Station.

Un porte-parole de la SQI, Martin Roy, a indiqué que le dossier de la relocalisation des locaux de la SQ suivait son cours et que les discussions étaient en cours avec la MRC et les autres parties impliquées. Il a ajouté que l’acquisition des locaux de la MRC était l’une des avenues étudiées, tout comme le déménagement dans les locaux du ministère des Transports. «Nous devons étudier avec attention les coûts que nécessiterait un tel déménagement, car ce ne serait plus le même type d’utilisation pour ces bâtiments», a-t-il indiqué.

L’actuel directeur général de la MRC des Etchemins, Luc Leclerc, a convenu que deux avenues se présentaient à l’organisme, soit celle de récupérer l’entièreté de ses locaux, soit celle de déménager.

Le siège social de la Caisse des Etchemins pourrait représenter une belle avenue pour la MRC des Etchemins.

Si la relocalisation était l’avenue arrêtée, la MRC devra se mettre rapidement à la recherche d’un nouveau local et à cet effet, des contacts ont été établis avec le directeur général de la Caisse des Etchemins, Pierre Jr St-Marseille, afin voir si l’institution financière était disposée à vendre son siège social de Lac-Etchemin et à quel coût.

Rejoint par La Voix du Sud, M. St-Marseille a souligné qu’il n’était pas nécessairement dans les plans de la Caisse de déménager pour le moment, sans toutefois fermer la porte à cette éventualité. «L’objectif premier de la caisse est d’offrir des services financiers à ses membres, pas de gérer des bâtisses», a-t-il toutefois rappelé.

«Si on voit que c’est logique et intéressant pour nous et pour la MRC en même temps, c’est certain qu’on va étudier le dossier sérieusement. Si jamais on décidait de se relocaliser, il faudra voir où on peut aller et si on peut se rapprocher de la route 277», poursuit M. St-Marseille qui ajoute qu’un tel déménagement devra se faire à bon coût pour l’institution financière.

Aux dernières nouvelles, la MRC était toujours en attente d’une offre monétaire formelle, de la part de la SQI, concernant son bâtiment. Cette offre, si elle entrait dans les cadres souhaités par la MRC, pourrait permettre un dénouement rapide du dossier en autant que la somme versée soit similaire à ce qu’il en coûterait pour acheter le bâtiment de la caisse, et que cette dernière puisse trouver un local qui répondra à son budget et à ses besoins en espaces.

Le centre de services de Saint-Camille est officiellement à vendre.

Centre de services à vendre

Par ailleurs, Pierre St-Marseille a souligné que le centre de services de Saint-Camille a officiellement été mis en vente cette semaine. La municipalité aurait manifesté un certain intérêt pour le bâtiment, mais n’aurait pas de projet spécifique pour celui-ci, du moins pour le moment.

Le maire Adélard Couture souligne que le maintien du comptoir de services et du guichet automatique demeure la priorité pour sa municipalité, peu importe l’acheteur et le projet qui sera mené dans l’édifice.

Advenant qu’aucun acheteur sérieux ne se manifeste, la municipalité reste disposée à en faire l’acquisition dans le futur, en autant bien sûr qu’elle puisse y mener un projet mobilisateur qui sera compatible avec un centre de services et un guichet.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des