PIIRL: sommes épuisées et municipalités en attente

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
PIIRL: sommes épuisées et municipalités en attente
Plusieurs dossiers de route interconnectrices sont en attente de réalisation dans le cadre du programme PIIRL, dont les sommes sont épuisées depuis juillet 2018. (Photo : La Voix du Sud - Archives)

MUNICIPAL. Les municipalités de la région et de partout au Québec qui sont en attente de contributions gouvernementales dans le cadre du Plan d’intervention en infrastructures routières locale (PIIRL) et des programmes RRIL (Réhabilitation du réseau routier municipal) et AIRRL (Accélération des investissements sur le réseau routier local) devront prendre leur mal en patience puisque les sommes prévues dans ces programmes sont épuisées depuis l’an dernier.

Le sujet a fait l’objet de nombreuses discussions lors de la séance régulière du 10 juillet dernier, les maires dénonçant cette situation apportée par la mairesse de Saint-Louis, Lucie Gagnon.

Lors de leur assemblée du 2 juillet dernier, les élus de Saint-Louis avaient adopté une résolution demandant au ministère des Transports de dégager les sommes nécessaires à la réalisation, d’ici l’automne 2019, des travaux de réfection du rang 3 et 4 qui relie leur localité à sa voisine de Saint-Cyprien. Ces travaux étaient dus, souligne-t-on, pour les années 3, 4 et 5 du PIIRL de la municipalité de Saint-Louis.

Les élus Etcheminois ont décidé d’appuyer la municipalité dans cette demande. Ils ont appuyé une résolution similaire émanant de la MRC de La Matapédia, en plus d’en adopter une de leur crû.

Préfet de la MRC des Etchemins et maire de Saint-Prosper, Richard Couët a souligné que sa municipalité, comme bien d’autres, était aux prises avec la même problématique. «Le MTQ a préparé, pour toutes les municipalités, un programme sur 5 ans. Chez nous, des travaux ont été réalisés lors de la première année dans le rang St-Louis. On était prêt à les faire d’un coup, mais on nous a dit que le reste serait fait en 2019. J’arrive cette année et ils me disent qu’il ne reste plus d’argent. On leur demande pourquoi et personne ne nous répond. Toutes les régions du Québec sont aux prises avec le même problème», a-t-il indiqué en précisant qu’il y avait une certaine logique, à l’époque, d’étaler ces travaux sur période de cinq ans puisqu’ensemble, ceux-ci commandaient des investissements majeurs.

Projet prioritaire

La mairesse de Saint-Louis, Lucie Gagnon souligne que la réfection du Rang 3 et 4, priorisé dans le cadre du PIIRL, est une priorité pour sa municipalité. Elle souligne que les démarches visant à obtenir une aide financière pour l’élaboration des plans et devis ont été lancées en janvier 2018. À la demande du ministère des Transports, une étude géotechnique a été réalisée afin de connaitre la nature exacte des travaux à effectuer.

«Notre ingénieur nous a dit que pour éviter d’arriver trop serré à l’automne 2019, il allait préparer rapidement un appel d’offres, conditionnel à l’obtention du financement, pour éviter toute poursuite au cas où la subvention n’arrivait pas. Le 3 juin dernier cependant, le ministère nous a avisés que les fonds nécessaires pour réaliser les travaux n’existaient plus.»

Soulignons que la municipalité de Saint-Louis a reçu l’appui de sa voisine, Saint-Cyprien, dont les résidents circulent régulièrement sur le Rang 3 et 4. À l’invitation de la municipalité, les citoyens de Saint-Cyprien signent depuis quelques jours une pétition demandant au MTQ d’injecter les sommes prévues dans la réfection de cette route.

«Il y a de fait plus de monde de Saint-Cyprien que de chez nous qui circulent par-là, notamment pour se rendre à Saint-Georges», rappelle la mairesse qui souligne que les travaux prévus étaient évalués à 1,8 M$. «C’est certain qu’on ne peut pas emprunter cette somme au complet, ce serait impensable.»

Lucie Gagnon souligne qu’en plus des démarches menées auprès du MTQ, une demande de rencontre a été déposée auprès de la députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance. Le maire de Saint-Cyprien, Réjean Bédard, devrait participer à cette rencontre, tout comme l’ingénieur au projet.

La députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, souligne que des discussions sont en cours afin de trouver du financement permettant de réaliser les projets en attente dans le cadre du PIIRL, dont les fonds sont épuisés depuis l’an dernier.

Solution de rechange en préparation

La députée Stéphanie Lachance a souligné qu’elle était au fait de la situation concernant le PIIRL, ce qu’elle dit d’ailleurs déplorer. «Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, nous avons su que les sommes étaient épuisées depuis juillet 2018 et que les demandes des municipalités dépassaient largement les sommes prévues au programme», a indiqué Mme Lachance.

Sur le site du ministère des Transports, il est indiqué que le programme PIIRL est venu à échéance le 31 mars 2018 et que des nouvelles modalités seraient publiées sous peu.

Mme Lachance confirme que des discussions sont en cours entre le ministère des Finances, le ministère des Transports et le ministère des Affaires municipales afin de trouver des solutions à ce problème et permettre la réalisation des travaux toujours en suspens partout au Québec.

Elle a toutefois dit s’interroger sur la décision du ministère des Transports, à l’époque, d’étaler les différents travaux sur une période de 5 ans en sachant que le programme venait à échéance au bout de trois ans (2016-2018) ou à l’épuisement des sommes consenties.

«J’ai fait des représentations auprès des autorités du ministère et je suis toujours en attente de réponses à cet effet», indique-t-elle en ajoutant qu’elle suivait attentivement 14 dossiers de municipalités touchant sa circonscription, incluant celui de Saint-Louis, qui sont toujours en attente de financement ou qui doivent être complétés, car incomplets.

Elle s’est dite prête à rencontrer les autorités de la municipalité de Saint-Louis avec qui elle a déjà eu des discussions à cet effet, tout comme celles de Sainte-Sabine, Saint-Anselme et Saint-Philémon. Elle invite d’ailleurs les municipalités à la contacter directement afin de lui faire part de leurs dossiers respectifs.

Liste des municipalités en attente

Des dossiers déposés par 14 municipalités entre 2016 et 2018 sont toujours en attente de financement ou doivent être complétés, car incomplets. Ces projets sont situés dans les localités de Saint-Louis, Lac-Etchemin, Sainte-Rose, Saint-Magloire, Sainte-Sabine et Saint-Luc dans Les Etchemins, ainsi que Saint-Philémon, Saint-Malachie, Sainte-Claire, Saint-Raphaël, Saint-Charles, Saint-Henri et Saint-Anselme, dans Bellechasse.

Pour les quatre localités de Beauce-Sud se trouvant sur le territoire de la MRC des Etchemins, soulignons que des projets sont en attente du côté de Saint-Benjamin, Sainte-Aurélie et Saint-Prosper, Saint-Zacharie n’ayant aucune demande de son côté. .

À Saint-Odilon, la directrice générale Dominique Giguère a souligné qu’aucun dossier n’était en attente, les projets réalisés par le passé ayant été tous complétés et le financement obtenu. Un dernier projet, dont les soumissions étaient trop élevées, a été mis de côté.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des