Faire de la politique pour redonner de l’argent aux Canadiens

Par Érick Deschênes, collaboration spécoale
Faire de la politique pour redonner de l’argent aux Canadiens
Maxime Bernier, le chef du PPC, est en compagnie de Marc Johnston, le candidat de son parti dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis. (Photo : gracieuseté)

POLITIQUE. Comme dans d’autres circonscriptions de la région de Québec, un candidat du Parti populaire du Canada (PPC) sera en lice dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis. Dans le cadre de cette campagne, le Lévisien Marc Johnston défendra les couleurs de la formation fondée par le politicien beauceron Maxime Bernier afin de «redonner de l’argent aux Canadiens».

«Je suis la politique depuis une quinzaine d’années et j’ai toujours été un partisan des conservateurs. Quand Maxime Bernier a quitté pour fonder son propre parti, j’ai décidé de le suivre puisque sa plateforme me rejoint davantage. Elle me tient vraiment à cœur. Ce que je trouve très intéressant, c’est que le Parti populaire redonne l’argent aux Canadiens tout en les responsabilisant avec leur propre argent», a d’emblée partagé M. Johnston, sur les motivations derrière sa candidature.

Plus particulièrement à ce chapitre, celui qui œuvre dans le domaine financier se dit fier de défendre les couleurs d’une formation politique qui promet notamment de ne pas imposer les premiers 15 000 $ gagnés ainsi que de réduire le palier d’imposition fédéral à 15 % sur les revenus entre 15 001 $ et 100 000 $ et à 25 % sur les revenus supérieurs à 100 000 $ si elle obtient le pouvoir.

Gestion de l’offre, Davie et 3e lien dans la mire

Partisan aussi comme les autres membres du PPC d’un gouvernement qui intervient moins dans la société, Marc Johnston a établi ses priorités à titre de candidat dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis en tenant compte de ses deux lignes directrices.

Ainsi, il a identifié l’abolition du système de gestion de l’offre dans le milieu agricole, promesse phare de son chef, comme l’enjeu principal de sa campagne. Malgré la présence importante d’agriculteurs profitant actuellement de ce système dans le comté, Marc Johnston croit fermement que ce changement serait profitable autant pour les fermiers que les consommateurs.

«Je crois qu’en remboursant la valeur totale des quotas aux agriculteurs, ils auront des rentrées de capitaux, dans certains cas, très substantielles qu’ils pourraient utiliser pour mettre à jour leurs équipements ou leurs techniques de production. Ils pourraient ainsi être plus compétitifs au niveau mondial. Il faut se donner les moyens de pouvoir exporter des produits de la qualité comme notre lait. En éliminant la gestion de l’offre, je crois que le prix du lait, des œufs et du poulet va diminuer dans les épiceries. Ça redonnera donc de l’argent dans les poches des Canadiens», a soutenu M. Johnston.

Également, le candidat du PPC dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis estime que Chantier Davie doit être sélectionné comme troisième chantier dans la Stratégie nationale de construction navale. Quant au troisième lien, s’il appuie la réalisation du projet dans l’est de Lévis, Marc Johnston rappelle qu’un futur gouvernement du PPC n’accordera pas d’aide financière pour le projet comme il s’agit d’un dossier de compétence provinciale.

Grâce à ces engagements, Marc Johnston est sûr qu’il convaincra les électeurs de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis de lui faire confiance le 21 octobre prochain.

«Je considère mes chances d’être élu très bonnes. La région est un terreau fertile pour les idées conservatrices. Au PPC, on aime dire que nous sommes les vrais conservateurs. […] Sur le terrain, je reçois des commentaires favorables envers ma candidature et le programme du PPC», a-t-il conclu.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des