Préfecture en Bellechasse-Etchemins: Clément Fillion et Richard Couët réélus

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Préfecture en Bellechasse-Etchemins: Clément Fillion et Richard Couët réélus
Clément Fillion, accompagné ici de la directrice générale Annick Beaudoin, demeurera à son poste de préfet de la MRC de Bellechasse au cours des deux prochaines années. (Photo : La Voix du Sud – Serge Lamontagne)

MUNICIPAL. Préfet des MRC de Bellechasse et des Etchemins au cours des deux dernières années, le maire Clément Fillion de Saint-Nazaire et Richard Couët de Saint-Prosper ont reçu de nouveaux mandats de deux ans au terme des séances régulières tenues le mercredi 27 novembre.

Si M. Couët a été réélu sans opposition, Clément Fillion avait de l’opposition puisque le maire de Saint-Michel, Éric Tessier, briguait lui aussi cette fonction. Au terme d’un vote secret, M. Fillion a reçu la confiance de 13 maires contre 7 pour M. Tessier.

M. Fillion sera secondé par le maire de Saint-Léon, Bernard Morin, qui agira à titre de préfet suppléant. Ce dernier remplace la mairesse de Sainte-Claire, Denise Dulac, qui avait décidé de ne pas solliciter de nouveau mandat à ce poste

Trois tours de scrutin ont été nécessaires pour élire M. Morin dont la candidature a été préférée à celles de M. Tessier et du maire de La Durantaye, Yvon Dumont. Ce dernier a été écarté au terme du 2e tour et lors du vote final, M. Morin a obtenu 12 votes contre 8 pour M. Tessier.

Soulignons que la mairesse de Saint-Magloire, Marielle Lemieux, sera à nouveau préfète suppléante de la MRC des Etchemins, ayant été élue par acclamation, tout comme Richard Couët.

Vote positif

Après la séance du conseil des maires de Bellechasse, Clément Fillion s’est dit satisfait du déroulement et surtout du dénouement du vote, même si celui-ci était assez partagé. Il convient que les deux dernières années n’ont pas toujours été faciles à la MRC. «Il y a eu une transition avec 12 nouveaux maires qui ont dû apprendre les dossiers, le fonctionnement et les orientations de l’organisation. Comme je le dis toujours, ça prend un an pour commencer à être à l’aise. Les gens arrivent avec une idée de ce que devrait être la MRC et comme c’est le cas avec les municipalités locales, il y a des limites dans ce que tu veux et que tu peux faire.»

M. Fillion reconnaît également qu’il y a eu beaucoup de mouvement de personnel au cours des deux dernières années. De nombreux postes ont dû être pourvus en raison de départs à la retraite ou de la compétition en provenance des grands centres ou d’autres organisations.

Après 35 ans comme directeur général, son arrivée comme préfet nécessitait une période d’adaptation, selon lui. «J’ai maintenant un rôle plus politique et on a mis en place une structure qui permet au personnel et à la direction d’être au fait des priorités du conseil des maires. Je considère que j’ai toujours un rôle de développeur, mais je dois toujours avoir pour objectif de voir comment il est possible de mieux et plus, toujours dans la limite de nos moyens.»

Même s’il a toujours la politique municipale dans le sang, il confirme que les deux prochaines années seront ses dernières à la tête de sa municipalité et de la MRC de Bellechasse. «Je suis prêt à terminer ce mandat, même si c’est très exigeant et que ça représente un emploi à temps plein ou presque. J’aime cela, mais je ne suis pas certain que j’aurai le même enthousiasme rendu à 74, 75 ou 76 ans.»

Richard Couët a été réélu sans opposition à titre de préfêt de la MRC des Etchemins.

Unité dans Les Etchemins

Réélu sans opposition comme préfet des Etchemins, le maire de Saint-Prosper, Richard Couët, dit avoir atteint l’un des principaux objectifs qu’il s’était fixés à son arrivée en poste. «Tout le monde travaille plus en équipe qu’avant. On a fait deux lacs à l’épaule en deux ans et cela a favorisé la relation entre les maires qui pensent plus MRC que juste à leur municipalité. C’est majeur pour moi», indique-t-il en ajoutant que l’adoption du plan de relance et l’arrivée de Dominique Vien à la direction générale sont des éléments non négligeables.

Il se réjouit également de voir que la MRC des Etchemins est de plus en plus connue, que ce soit à l’intérieur même de ses frontières que partout en Chaudière-Appalaches.

«Nous sommes présents un peu partout et c’est un des éléments du plan de notre relance. On veut que les gens sachent où est la MRC des Etchemins et que ça fonctionne», souligne-t-il en ajoutant que le prochain défi de la MRC est de faire une bonne utilisation des sommes restantes au plan de relance.

«Il faut surtout que ça ait un impact majeur. Il faut que ça aille aux bons endroits et on veut un peu sortir des sentiers battus non seulement en allant aider les entreprises, mais en allant en chercher de nouvelles, ce qui n’est pas simple. Malgré la problématique de main-d’œuvre, je suis convaincu que l’on peut réussir. Ça reste un défi important.»

Avec la collaboration d’Éric Gourde

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des