Le manque de neige complique la vie des stations de ski de la région

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Le manque de neige complique la vie des stations de ski de la région
Les skieurs ont certainement hâte que l’hiver s’installe pour de bon, et ce, tant au Mont-Orignal (photo) qu’à la station touristique Massif du Sud. (Photo : gracieuseté)

SKI ALPIN. Le manque de neige et les conditions climatiques en dents de scie, avec les nombreux épisodes de temps doux et de pluie enregistrés depuis le mois de décembre, compliquent la vie de la Station touristique Massif du Sud et du Mont-Orignal qui, comme l’ensemble des stations de ski de la province, doivent composer avec la situation.

Au Massif du Sud, les chutes de neige hâtives avaient permis une ouverture le 7 décembre dernier, mais la pluie enregistrée dans les jours suivants a forcé sa fermeture lors du week-end du 14 et 15 décembre.

Entre le 20 décembre et le 6 janvier toutefois, la station était ouverte tous les jours et reprendra, à compter de la fin de semaine prochaine, ses heures d’ouverture régulières, soit du vendredi au dimanche inclusivement.

Directeur du marketing à la station touristique, Frédérik Maheu souligne qu’en date du 6 janvier, les 13 pistes étaient ouvertes, mais que les sous-bois demeuraient fermés au public en raison d’un manque de neige en certains endroits. Sans pouvoir donner de statistiques officielles, M. Maheu reconnaît que le Massif du Sud, comme l’ensemble des stations de ski de la province, n’a pas connu l’achalandage souhaité en raison des conditions climatiques instables.

«Nous avons eu quelques belles bordées de neige, surtout le 31 décembre et le 1er janvier, ce qui nous a beaucoup aidés. L’achalandage reprend peu à peu depuis la semaine dernière et avec une autre bonne chute de neige, nos sous-bois, comme nos pistes, seront pleinement accessibles au public», mentionne-t-il.

M. Maheu ajoute, par ailleurs, qu’en vertu d’une entente avec le Mont-Orignal, les abonnés de la station de Lac-Etchemin ont pu dévaler les pentes du Massif du Sud en attendant son ouverture officielle qui avait été repoussée au 26 décembre en raison d’un bris à la remontée mécanique sextuple.

«Nous avions une promotion à 30 $ par jour que nous offrions à l’ensemble des skieurs venant de Chaudière-Appalaches et les personnes qui se présentaient avec leur billet de saison du Mont-Orignal ont pu en profiter. Il existe une bonne entente entre nos deux stations et on s’en réjouit», précise-t-il.

Mont-Orignal

Du côté du Mont-Orignal, la porte-parole Kristel Audet a souligné que malgré le début de saison en dents de scie, de belles foules ont été enregistrées. Neuf pistes sur 28 sont ouvertes pour le moment, bien sûr en raison du manque de neige.

Un bris à la remontée mécanique principale a obligé la station de repousser au 26 décembre son ouverture officielle. Comble de malheur, un bris électrique dans les installations au sommet de la montagne a forcé la fermeture de la station le lendemain (27 décembre).

Une foule record de 1 200 skieurs a été enregistrée le 2 janvier et plus de 700 visiteurs étaient présents le lendemain, puis près de 900 le jour suivant.

Le temps doux et les nombreux épisodes de pluie ont obligé les employés de la station à redoubler d’ardeur pour la fabrication de neige artificielle qui est plus difficile dans de telles conditions. La pluie annoncée ce samedi (11 janvier) n’aidera pas également, reconnaît-elle, d’autant plus qu’une compétition et une soirée étoilée sont au programme de cette journée.

«En raison du manque de neige, nous ne sommes pas en mesure d’ouvrir nos pistes de ski de fond, mais ceux de raquettes le sont. De plus, les motoneiges ne viennent pas encore ici. On a bien hâte que l’hiver s’installe pour de bon», indique Mme Audet.

Parc régional Massif du Sud

Au Parc régional Massif du Sud, le directeur général Jean-François Préfontaine mentionne que les conditions de neige, même si elles ne sont pas optimales comme l’an dernier, sont tout de même bonnes pour le moment. Il est d’avis que le fait que le parc régional se retrouve en terrain montagneux et en altitude lui permet de sauver la mise, car de nombreux centres de la province dédiés au ski de fond sont toujours fermés.

«Les adeptes de plein air peuvent s’adapter à toutes les conditions», mentionne M. Préfontaine qui rappelle qu’en 2018, les adeptes de ski de fond avaient commencé à skier en novembre, ce qui n’a bien sûr pas été le cas cette année. Malgré tout, il souligne que les sentiers de ski de fond, de raquette et de randonnée étaient tous ouverts et que la période des Fêtes avait été bonne, les hébergements ayant également été fort populaires.

Quant aux zones de ski hors-pistes, qui étaient fermées pour le moment, celles-ci ouvriront dès que le couvert de neige sera suffisant, ce qui devrait n’être qu’une question de jour d’ajouter M. Préfontaine qui a dit tout de même appréhender la pluie annoncée ce samedi 11 janvier… à moins que celle-ci ne se transforme en neige dans le secteur !

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des