Incendie majeur à Buckland

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Incendie majeur à Buckland
Les pompiers ont passé une partie de la nuit à combattre l'incendie (Photo : gracieuseté)

INCENDIE. Le feu a complètement détruit une résidence de deux étages la nuit dernière sur la rue Principale à Buckland.  L’alerte a été donnée peu avant 2 h et a nécessité l’intervention de près d’une trentaine de pompiers.

Les premiers pompiers à se diriger sur place voyaient déjà les lueurs causées par le feu, indique le directeur du service incendie de Buckland, Pierre Dubeau. «À leur arrivée, il y avait déjà des flammes apparentes à l’arrière du bâtiment.»

Il ajoute que les flammes se sont rapidement propagées dans les murs, ce qui a forcés les sapeurs à passer en mode défensif. «Le côté gauche et l’arrière du bâtiment se sont effondrés, par la suite le toit. Nous n’avons pu entrer dans le bâtiment, seulement rabattre le feu. L’extinction s’est terminée grâce à l’utilisation d’une pelle mécanique.»

Le feu n’a heureusement pas nécessité d’évacuation de citoyens, le bâtiment n’étant pas habité.

«C’est un vieux bâtiment, mais qui avait été bien entretenu. Celui-ci avait été transformé en atelier et entrepôt par les propriétaires, qui habitent la résidence voisine, et servait de bâtiment secondaire», ajoute Pierre Dubeau.

Si la cause demeure à déterminer, il n’écarte pas que le retour de l’électricité dans la localité au cours de la soirée soit en cause. «Le bâtiment a été alimenté par une génératrice toute la journée. Il pourrait y avoir un lien, sans le confirmer pour le moment.»

En plus du service incendie de Buckland, ceux d’Armagh, Saint-Malachie, Saint-Damien et Saint-Philémon ont également appelés à intervenir.

Un incendie en temps de pandémie

Par ailleurs, Pierre Dubeau confirme que des précautions additionnelles sont prises par les pompiers en cette période de crise du COVD-19. Si un incendie demeure un incendie et que certains protocoles encadrent les interventions, il confirme que naturellement, les pompiers ont pris des dispositions supplémentaires.

«Les membres des brigades sont conscientisés et ont appliqué le plus possible la distanciation sociale et évité les contacts inutiles. Nous sommes bien vêtus et équipés pendant une intervention ce qui peut aussi nous protéger davantage et tout l’équipement est bien nettoyé après chaque sortie pour différentes raisons, saletés, produits toxiques ou autres.»

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des