Un ouvrage collectif dans la mire de Florence Guay

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Un ouvrage collectif dans la mire de Florence Guay
Un dernier projet d'écriture pour Florence Guay (Photo : Bryan Dionne)

LIVRES. La romancière Florence Guay invite les gens à lui faire parvenir leurs histoires qu’elle réunira éventuellement pour la production d’un livre sur le sujet.

Enseignante à la retraite, Mme Guay jongle avec cette idée depuis plusieurs années. «C’est un livre que j’ai lu en 2002 de l’auteur Paul Auster qui a fait ça à travers tous les États-Unis. Il en avait reçu plus de 4 000 histoires et il en avait choisi près de 200. J’en ai déjà une trentaine et j’aimerais, à l’automne, réunir tout ça pour un livre qui paraitrait possiblement en 2021.»

Les histoires qu’elle souhaite utiliser dans son futur bouquin devront toutefois avoir plusieurs choses en commun. La première, être courte. «Je veux des histoires d’un moment qui soit vrai et vécu, qui peut être insolite, étrange, bizarre ou touchant et qui relate un événement marquant dans la vie de quelqu’un. Ce n’est pas un moment qui dure un an, c’est quelquechose qui survient le temps d’un instant et qui change une vie. Ce n’est pas la longueur qui compte, mais la pertinence.»

Ce qu’elle compte faire par la suite, c’est de jouer le rôle de l’éditrice. «Je vais essayer de corriger certaines choses, de faire quelques retouches au besoin. Toutes les histoires m’intéressent, qu’elles viennent d’un homme, d’une femme, peu importe le milieu.»

Enseignante de carrière et originaire de Saint-Léon, Mme Guay a enseigné à cet endroit les trois premières années de sa carrière. Elle a ensuite œuvré dans Lotbinière avant de revenir dans Bellechasse, à Sainte-Claire et Saint-Anselme pendant plus de 20 ans.

Aujourd’hui âgée de 77 ans, Mme Guay souhaite prendre une pause de l’écriture, ayant sept publications à son actif. Cet ouvrage pourrait être son chant du cygne. «Ce rêve que j’ai eu en 2002, je l’avait débuté et j’hésitais à le faire. J’ai eu beaucoup de bonheur à écrire et être publié et je me disais que des gens aient cette chance d’être publiés. C’est un cadeau que je me fais et que je ferai à d’autres du même coup.»

«J’ai toujours hâte de lire ce que les gens m’envoient. Dès que je reçois quelquechose par la poste, je me dépêche d’ouvrir l’enveloppe pour voir ce que les gens ont écrit. Alors oui, j’ai beaucoup de plaisir à faire cela», résume-t-elle.

Les personnes intéressées à lui faire parvenir leur histoire peuvent communiquer avec elle par courriel au floris612@outlook.com.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des