À quand une interconnexion entre la Véloroute de la Chaudière et la Cycloroute de Bellechasse?

Stéphane Lévesque - Initiative de journalisme local
À quand une interconnexion entre la Véloroute de la Chaudière et la Cycloroute de Bellechasse?
La voie ferrée inutilisée, ici à Sainte-Hénédine, serait un tracé de choix pour réunir les deux voie cyclables. (Photo : La Voix du Sud - Éric Gourde)

VÉLO. L’annonce récente concernant la Véloroute de la Chaudière apportera-t-elle de l’eau au moulin au lien qui pourrait l’unir à la Cycloroute de Bellechasse via Sainte-Hénédine, Scott et Saint-Anselme?

«On veut un trait d’union entre la Véloroute de la Chaudière et la Cycloroute de Bellechasse. Les plans et devis sont faits pour unir Sainte-Hénédine, Scott et Saint-Anselme. On a adressé une demande d’aide financière pour la construction de la piste cyclable. Nous sommes en attente pour l’aide financière», explique le directeur général de la MRC de Nouvelle-Beauce.

«Nous avons présenté notre demande il y a 5 ou 6 ans. Nous ne sommes pas étonnés des délais quand on voit le temps nécessaire à d’autres. On a bon espoir, peut-être au courant de l’année, qu’on va avoir le financement demandé», ajoute Mario Caron.

Sans apporter de réponses définitives, le point de presse du 30 juin de la ministre du Développement économique régional, Marie-Eve Proulx, sur la Véloroute de la Chaudière aura permis d’apprendre que le dossier progressait. «L’idée est de faire ce tronçon (Véloroute de la Chaudière) attendu depuis 20 ans. Après, on va voir les possibilités. En effet, la Cycloroute de Bellechasse est très importante pour la région. Donc, il pourrait y avoir un intérêt pour qu’on circule davantage en Chaudière-Appalaches par vélo…», souligne la ministre responsable de la région qui reconnaît l’importance de ce type de déplacement dans le développement touristique.

Ce à quoi acquiesce Mario Caron. «Le trait d’union est important, car ça va permettre de boucler avec les réseaux de la Ville de Lévis. Ça va apporter plus de touristes dans notre région. Cela développe le commerce comme les restaurants et la réparation de vélo aux abords des pistes cyclables. Pour nos propres citoyens, c’est un élément qui ajoute à la qualité de vie», précise-t-il. Un point de vue qui est également partagé par Michel Duval, le maire de Sainte-Hénédine. «Des pistes cyclables, cela a un pouvoir attractif pour avoir de nouveaux résidents en plus des retombées touristiques… Dans notre coin, on est dû pour un beau projet. Il faut que ça aboutisse».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires