Travaux d’importance au Club sportif Mont-Bonnet Sainte-Sabine

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Travaux d’importance au Club sportif Mont-Bonnet Sainte-Sabine
Le président du Club sportif Mont-Bonnet, Pierre Mercier, devant le relais de Sainte-Sabine qui a profité d’une importante cure de rajeunissement au cours des derniers mois. (Photo : La Voix du Sud - Serge Lamontagne)

MOTONEIGE. D’importants travaux de rénovation ont été apportés, au cours de l’été, au relais du Club sportif Mont-Bonnet de Sainte-Sabine. L’obligation de changer le système de collecte des eaux usées, qui était désuet, était à la base de ces travaux. Ce projet, qui inclut les quelque 700 heures de bénévolat réalisées jusqu’ici, est évalué à près de 150 000 $.

« Il a fallu démolir une partie de la cuisine et la refaire, car l’ancien réservoir se trouvait sous celle-ci », précise le président du Club sportif, Pierre Mercier. Les conduites intérieures ont été installées au cours de l’été et l’installation de la nouvelle fosse septique, ainsi que du champ d’épuration qui l’accompagne, a débuté ce lundi matin 23 novembre, toutes les autorisations gouvernementales ayant été obtenues au cours des derniers jours.

En plus de la cuisine, le drainage entourant le bâtiment a été changé, afin d’éliminer les infiltrations d’eau. Le revêtement extérieur du bâtiment a été refait à neuf et une partie importante de la plomberie, ainsi que de l’électricité, a été modifiée. Le plancher devrait être terminé d’ici le week-end et il ne restera qu’à recevoir le comptoir du restaurant et replacer les meubles.

« Chose certaine, c’est que nous serons prêts pour la nouvelle saison », indique M. Mercier qui a tenu à souligner la contribution des bénévoles et la compréhension du contracteur initialement choisi pour réaliser les travaux.

« À mesure que nous avancions dans les travaux, on découvrait plein de vices et de bris que prévus initialement, ce qui nous a obligé de faire 700 heures de bénévolat dans la réalisation de certains travaux pour compenser le manque à gagner. Il a fallu changer notre mode d’attribution des contrats pour passer du clé-en-main à l’heure », poursuit M. Mercier qui est d’avis que ces travaux seront un plus pour tout le monde, dans les années à venir.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires