Projet Lojidépart: une transition vers l’autonomie

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Projet Lojidépart: une transition vers l’autonomie
Pierrot Pouliot (à droite) en compagnie de Patrice Nadeau et Gaétan Turmel, respectivement vice-président et président du Groupe d’entraide L’Éveil, à l’intérieur de la résidence de transition acquise par l’organisme. (Photo : gracieuseté)

LAC-ETCHEMIN. Pour une majorité de jeunes, quitter le nid familial pour aller vivre en appartement représente un objectif de vie et une marque d’autonomie. Si plusieurs obstacles peuvent se dresser sur la route de la personne, la décision peut-être encore plus stressante pour les personnes plus fragiles émotionnellement ou ayant des problématiques de santé mentale.

C’est dans cet esprit que le Groupe d’entraide L’Éveil de Lac-Etchemin lance le projet Lojidépart, qui s’adresse à une clientèle de 20 à 27 ans, que celle-ci fréquente ou non ses installations.

Au cours des dernières semaines, le Groupe L’Éveil a fait l’acquisition d’une résidence, située à Lac-Etchemin, qui a été entièrement rénovée et meublée. Celle-ci accueille, depuis le vendredi 19 février, une première locataire qui pourra y vivre entre 6 et 18 mois, le temps de s’habituer à la vie en appartement et d’apprendre à voler de ses propres ailes, par la suite.

« Nous recevons des demandes à cet effet depuis quelques années. Plusieurs jeunes qui fréquentent nos services nous disent qu’ils aimeraient partir de la maison pour aller vivre en appartement, mais ça leur fait peur parfois. Ce nouveau service est là pour les aider à franchir cette étape importante dans leur vie », signale Pierrot Pouliot, directeur général du Groupe d’entraide L’Éveil.

M. Pouliot explique que les craintes se situent à plusieurs niveaux, que ce soit la responsabilité entourant la signature du bail, le paiement d’un loyer mensuel ou encore la capacité d’assumer les factures des services comme le téléphone ou l’électricité.

Loyer à prix modique

Comme cette clientèle n’est pas riche, à prime abord, Pierrot Pouliot souligne qu’il s’agit d’un loyer à prix modique où le locataire, comme dans les HLM, paie un loyer équivalent à 25 % de son budget. Il n’y a pas de bail officiel et toutes les factures d’entretien, de chauffage et d’électricité, qui sont incluses dans le prix du loyer, sont assumées par l’Éveil. Il ne s’agit toutefois pas d’un loyer supervisé.

« Nous offrons les deux premiers mois gratuits, ce qui permet aux jeunes d’acheter certains éléments comme une batterie de cuisine, une coutellerie, etc. », poursuit M. Pouliot qui ajoute qu’en limitant le prix du loyer à 25 %, cela permet aussi au locataire d’amasser des fonds lui permettant d’acheter des meubles ou autres équipements dont il aura besoin le jour où il sera prêt à quitter la maison pour vivre en logement sur une base définitive.

Le Groupe Alpha en soutien

Pierrot Pouliot mentionne que les locataires de la résidence ne seront pas laissés à eux-mêmes, car ils recevront le soutien du personnel de l’Éveil pour tous les aspects entourant l’entretien et la vie de tous les jours dans la résidence, ainsi que celui du Groupe Alpha des Etchemins pour tout ce qui touche la lecture et la signature du bail, la compréhension des factures de téléphone ou d’Hydro, par exemple.

« Pour le moment, c’est l’Éveil qui va assumer ces factures, mais le jour où la personne aura un vrai logement, c’est elle qui devra payer cela », rappelle-t-il en ajoutant que le projet Lojidépart est réalisé sans subvention et qu’il est financé à 100 % par les revenus émanant des entreprises et projets gérés par son organisme, que ce soit Fleuriste Dorchester, la Maison jaune ou autres.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires