Plessisville: future microbrasserie avec des racines etcheminoises

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Plessisville: future microbrasserie avec des racines etcheminoises
Dans la jeune vingtaine, Marc-Olivier Pouliot n’attendra pas de se trouver un emploi à sa sortie prochaine de l’école, lui qui ouvrira une nouvelle microbrasserie en compagnie de deux de ses amis d’enfance. (Photo : gracieuseté)

AFFAIRES. Bien connu à Lac-Etchemin d’où son père est originaire et où il a passé une partie de son enfance, Marc-Olivier Pouliot fait partie d’un groupe de quatre actionnaires qui ouvrira, au cours de l’été, une nouvelle microbrasserie à Plessisville, dans le Centre-du-Québec.

Le jeune homme ainsi que ses amis Édouard Ferron et Maxim Tremblay, qui sont tous au début de la vingtaine, lanceront leur entreprise, la microbrasserie « Jackalhop », qui sera située sur le site d’une ancienne fraisière sur la route 216.

Ceux-ci se sont associés à un homme d’affaires local, Pierre Fortier, qui est propriétaire des lieux et souhaitait lui aussi concrétiser un tel projet par le passé, signale Marc-Olivier qui complètera sous peu un baccalauréat en administration des affaires – profil ressources humaines.

Pierre Fortier, Maxim Tremblay, Marc-Olivier Pouliot et Édouard Ferron sont les promoteurs de la nouvelle microbrasserie Jackhalop qui devrait ouvrir ses portes à Plessisville dans le courant de l’été. (Photo gracieuseté – Braham Gagné)

« Édouard et moi allons compléter notre baccalauréat sous peu et Maxim, qui est brasseur chez Bockale à Drummondville, cherchait des associés qui s’y connaissaient en administration. Comme nous sommes tous des amateurs de bières, on a décidé d’unir nos forces et créer notre propre emploi. Puis comme on cherchait un local où implanter notre microbrasserie, nous avons rencontré M. Fortier et tout s’est fait naturellement », poursuit Marc-Olivier qui ajoute que selon une récente étude, de 10 000 à 15 000 véhicules circulent quotidiennement dans ce secteur, ce qui est fort prometteur pour leur projet de microbrasserie qui nécessitera des investissements de l’ordre de 750 000 $.

« On est dans les préparatifs. Si tout va bien, on souhaite ouvrir au cours de l’été, tout cela dépendra de la pandémie et de la livraison des permis », mentionne Marc-Olivier qui ajoute que le groupe a fait une demande de brasseur industriel, ce qui leur permettra de distribuer et vendre leurs produits sur place ou en cannettes.

« On espère éventuellement que nos produits seront disponibles en Beauce-Etchemins. On va commencer par Plessisville et les alentours, puis va regarder pour l’extérieur par la suite. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires