Surplus record malgré la pandémie

Serge Lamontagne redaction@lavoixdusud.com

Surplus record malgré la pandémie
Après une saison estivale positive en 2020, que réservera l'été 2021 l'Éco-Parc des Etchemins ? (Photo : Photo La Voix du Sud - Archives)

TOURISME. Malgré la mise en place de mesures sanitaires strictes et l’obligation de couper de moitié sa capacité d’accueil en raison de la pandémie, l’Éco-Parc des Etchemins a terminé sa saison estivale 2020 avec un surplus record de 150 000 $.

C’est ce qu’a souligné la directrice générale Marie-Hélène Ménard au terme de l’assemblée générale annuelle qui s’est tenue en mode virtuel le jeudi 22 avril dernier.

« Comme la plupart des entreprises touristiques, nous avons profité de la subvention salariale pour le gouvernement fédéral. Cela nous a donné un bon coup de pouce et sans cela, l’été aurait été moins intéressant », convient Mme Ménard qui rappelle que l’ensemble de l’industrie touristique a été fortement impactée par la pandémie.

Soulignons que l’Éco-Parc a enregistré 22 000 entrées payantes au cours de la dernière saison estivale, ce qui représente 50 % de sa capacité d’accueil.

« Nous avons dû nous adapter à la situation en mettant en place des mesures sanitaires strictes, des nouvelles procédures d’accueil et de gestion de file d’attente, cela dans le seul objectif d’assurer la sécurité de nos clients et de nos employés », précise-t-elle en ajoutant que l’été 2021 devrait être à l’image de 2020.

« Un retour complet à la normale ne pourra être possible. Nous mettrons tout en œuvre, encore cet été, pour assurer la sécurité de nos clients et de nos employés avec la mise à jour de notre protocole sanitaire en fonction des paliers d’alerte et nous favoriserons la réservation en ligne via notre nouvelle plate-forme web qui sera lancée d’ici la mi-mai », poursuit la directrice générale qui mentionne que pour la saison 2021, l’Éco-Parc part avec une base d’accueil de 50 pour cent, comme pour l’ensemble des parcs aquatiques.

Défi du recrutement

Si l’Éco-Parc a été peu touché l’an dernier malgré la mise en place de la PCU et de la PCU étudiante, Marie-Hélène Ménard reconnaît que le recrutement de main-d’œuvre s’avère un défi plus important cette année, notamment en raison de la décision du gouvernement fédéral de prolonger jusqu’en septembre le versement des prestations d’assurances emploi.

« Si certains magasinent ou demandent un salaire plus élevé, d’autres nous disent qu’ils préfèrent retirer du chômage et profiter de leur été plus longtemps. On a aussi des problèmes du côté des sauveteurs qui doivent aussi se requalifier du fait que les piscines publiques sont fermées depuis un an », signale Mme Ménard qui ajoute que normalement, les prestations d’assurance-emploi des travailleurs saisonniers se terminent en mars.

L’entreprise emploie normalement une trentaine de personnes durant la saison estivale. Celle-ci est à la recherche de deux sauveteurs, mais elle a des besoins criants à la maintenance et à l’entretien.

Nouveau projet pour 2022

Soulignons qu’au terme de l’AGA du 22 avril dernier, les administrateurs sortants ont tous été réélus pour un nouveau mandat. Le seul changement est survenu au sein de l’exécutif qui est maintenant composé de Catherine Poulin à la présidence, de Jean-Philippe Lehouillier à la vice-présidence et de Judith Leblond à titre de secrétaire-trésorière.

L’Éco-Parc se tourne également déjà vers 2022 avec la planification d’une nouvelle phase de développement de sa zone aquatique. La MRC des Etchemins a déjà consenti, via son plan de relance, un soutien financier de 150 000 $ et l’organisme est en attente de réponses venant d’autres sources de financement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires