Mairie de Sainte-Rose: pas de nouveau mandat pour Hector Provençal

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Mairie de Sainte-Rose: pas de nouveau mandat pour Hector Provençal
Maire de Sainte-Rose depuis 24 ans, Hector Provençal tirera sa révérence cet automne, ayant décidé de ne pas solliciter de nouveau mandat. (Photo : La Voix du Sud – Serge Lamontagne)

POLITIQUE. Maire de Sainte-Rose depuis 24 ans et doyen du conseil des maires de la MRC des Etchemins, Hector Provençal ne sollicitera pas de nouveau mandat l’automne prochain.

« J’ai 74 ans. La mairie est un poste de plus en plus exigeant, qui demande beaucoup de disponibilité. Je crois avoir fait ma part », souligne celui qui est entré en poste en novembre 1997, alors qu’il avait 50 ans.

« J’avais toujours dit que je ne serais jamais maire, mais à l’époque, il y a beaucoup de gens qui avaient insisté pour que je me présente. J’ai finalement cédé à la pression et je me suis présenté, même si à l’époque je n’avais presque pas d’expérience dans le monde municipal », poursuit-il en ajoutant qu’il avait été conseiller municipal pendant deux ans, au début des années 80.

M. Provençal se rappelle que l’un des premiers dossiers d’importance qu’il avait pilotés, à l’époque, était la mise en place d’une véritable brigade de protection incendie, les pompiers de l’époque ne disposant que de peu de moyens pour effectuer leur boulot.

« On a acheté un vieux camion à pain qu’on a transformé en unité d’urgence, puis un deuxième un peu plus tard, ainsi qu’un camion incendie. On a équipé nos pompiers au complet puis on a acheté une unité d’urgence neuve qu’on va finir de payer cette année », mentionne-t-il.

Un autre dossier qui avait fait beaucoup jaser, au milieu des années 2000, est celui de l’implantation du réseau d’égouts, facture qui sera entièrement payée en 2024.

« J’ai commencé à travailler là-dessus avec Claude Lachance, alors qu’il était député. Il m’avait promis de l’argent pour cela, puis il y a eu des élections et on a dû recommencer à zéro avec un nouveau gouvernement libéral et une nouvelle députée, Dominique Vien. On a travaillé fort jusqu’à sa réalisation en 2005 », se remémore le maire qui ajoute que l’implantation de conduite d’aqueduc avait été mise de côté, chaque résidence située dans le village ayant déjà son puits.

« On a tenu des assemblées publiques de consultation qui étaient houleuses par moments. Un référendum a été nécessaire et en voyant cela, j’étais prêt à démissionner. Toutefois, plusieurs jeunes de la paroisse sont venus me voir pour me demander de rester en place et qu’ils m’aideraient à ce que le projet se réalise, ce qui a été le cas », poursuit-il.

M. Provençal ajoute que pendant toutes ses années à la mairie, le conseil a constamment investi dans l’amélioration de ses infrastructures routières et de ses bâtiments, dont l’actuel complexe municipal.

« J’ai fait ma part pour faire avancer ma municipalité et je suis fier de mon bilan dans l’ensemble. On a investi chaque année dans les infrastructures municipales tout en limitant les hausses importantes du compte de taxes », signale-t-il en ajoutant que l’acquisition du réseau d’aqueduc situé dans le secteur de la station de Sainte-Rose, par la municipalité, est un autre dossier marquant de son mandat.

Une MRC qui a changé

Tout comme pour les municipalités, il mentionne que les exigences du ministère des Affaires municipales envers les MRC sont de plus en plus grandes. Préfet de la MRC des Etchemins pendant 10 ans, Hector Provençal constate que la MRC a beaucoup évolué au cours du dernier quart de siècle, mais encore plus au cours des dernières années.

La mise en place du Plan de relance économique de la MRC y est pour beaucoup, selon lui, tout comme l’embauche de l’ancienne députée Dominique Vien à la direction générale.

La vente de l’actuel siège social de la MRC à la Sûreté du Québec, par le biais de la Société immobilière du Québec, est une bonne chose selon le maire de Sainte-Rose. « On a eu un bon prix pour cela et notre déménagement dans l’ancienne Caisse des Etchemins sera bénéfique, car nous serons plus au cœur de l’action et il y aura plus de place pour notre personnel qui s’accroît constamment. »

Ne pas faire l’unanimité

M. Provençal sait qu’il n’a pas toujours fait l’unanimité dans sa localité, ajoutant qu’il a toujours travaillé dans l’intérêt des citoyens. « Je me suis fait des amis et des ennemis, puis j’ai des amis qui sont devenus des ennemis, mais en fin de compte, j’ai toujours travaillé pour l’ensemble de la municipalité. Comme maire, il faut traiter le monde également. Tes affaires personnelles c’est une chose, mais les affaires de la municipalité c’en est une autre », indique-t-il en reconnaissant que les quatre dernières années n’avaient pas toujours été faciles du fait que le conseil municipal était divisé, ce qui le motivait moins par moments.

Une fois sa vie politique terminée, M. Provençal entend demeurer impliqué auprès de certains organismes de la région, notamment Passion-Fm et L’Essentiel des Etchemins, dont il est le président. Il continuera également à épauler son fils Jonathan dans les activités de la ferme familiale, où il demeure très actif.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires