Les Arrêts gourmands de la région ouvrent leurs portes au public

Serge Lamontagne redaction@lavoixdusud.com

Les Arrêts gourmands de la région ouvrent leurs portes au public
L'influenceur Samuel Larochelle de Saint-Magloire est l'un des cinq ambassadeurs des Arrêts gourmands de Chaudière-Appalaches. On le voit ici avec les propriétaires de la Ferme Dolmen du d'Armagh, qui est l'un des 38 arrêts gourmands de Bellechasse. (Photo : gracieuseté)

TOURISME. L’arrivée de la saison estivale signifie également le lancement de la saison touristique et à cet effet, la Table agroalimentaire de Chaudière-Appalaches (TACA) invite les Québécois à visiter l’une des 125 entreprises qui font partie du réseau des Arrêts gourmands de Chaudière-Appalaches.

Profitant d’un point de presse virtuel tenu le mercredi 16 juin, le directeur général de la TACA, Bruno Couture, a rappelé que les 125 entreprises agroalimentaires qui font partie de ce réseau sont la propriété ou sous la responsabilité de personnes qui sont prêtes à accueillir les gens et faire profiter ceux-ci de leur savoir-faire et leur faire profiter d’une grande variété de produits.

Pour les MRC de Bellechasse (38) et des Etchemins (6), ce sont plus de 44 entreprises qui sont accréditées comme Arrêts Gourmands.

Afin de mieux faire connaître ces arrêts gourmands, la TACA fait appel à cinq ambassadeurs qui, tout au long de l’été, utiliseront les réseaux sociaux pour faire la promotion de ces entreprises. Ce groupe comprend le chef Jérémie Jean-Baptiste, l’athlète olympique Eliot Grondin, la blogueuse Isabelle Henry, le comédien Stéphane Breton ainsi que l’influenceur Samuel Larochelle de Saint-Magloire.

L’action de ces ambassadeurs sera appuyée par des campagnes de promotion à la télé, à la radio, dans les journaux locaux, ainsi que sur les réseaux sociaux.

Un plus pour l’économie

La pandémie a changé les habitudes des consommateurs envers l’achat local et les partenaires de la TACA, dont Tourisme Chaudière-Appalaches et l’Union des producteurs agricoles, disent miser sur ce nouvel engouement des consommateurs pour les inciter à venir découvrir l’offre agroalimentaire de la région.

« Si chaque Québécois remplaçait, tous les mois, 12 $ de produits importés par des produits d’ici, ce serait un milliard $ qui serait injecté dans notre économie », a indiqué André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et responsable de la région Chaudière-Appalaches.

Avec la collaboration d’André Boutin

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires