Élections fédérales : Dominique Vien facilement élue

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Élections fédérales : Dominique Vien facilement élue
Dominique Vien et quelques membres de son entourage ont suivi la soirée électorale au Shaker de Lévis. (Photo : La Voix du Sud - Éric Gourde)

POLITIQUE. Dominique Vien a réussi son pari et elle sera la nouvelle députée conservatrice de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis.

Quelques semaines à peine après avoir quitté ses fonctions de directrice générale de la MRC des Etchemins, l’ancienne ministre libérale sous les gouvernements Charest et Couillard, au provincial, succèdera à Steven Blaney qui a été en poste au cours des 15 dernières années.

Mme Vien a récolté 31 109 voix (51,2 %) au plus récent décompte, doublant facilement ses deux plus proches poursuivants, soit la bloquiste Marie-Christine Richard (14 003 voix ou 23 % des suffrages) et le libéral Daniel Vaillancourt (9648 voix – 15,9 % des suffrages), cela avec 302 bureaux de vote comptabilisés sur 326.

La néodémocrate Marie-Philippe Gagnon-Gauthier, Raymond Arcand du Parti Libre du Canada, Hélène Lefebvre du Parti Vert et l’indépendant Chameron Khuon suivent loin derrière, comme prévu.

Si le prochain gouvernement fédéral sera de nouveau mené par les Libéraux, qui formeront un gouvernement minoritaire, l’ensemble de la région Chaudière-Appalaches demeure sous la bannière conservatrice. Outre Mme Vien, Richard Lehoux (Beauce), Bernard Généreux (Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup), Jacques Gourde (Lévis-Lotbinière) et Luc Berthold (Mégantic-L’Érable) ont tous été élus facilement dans leurs circonscriptions respectives.

Émue comme la première fois

Dominique Vien qui en était une septième élection en carrière, mais une première campagne au niveau fédéral savourait sa victoire dans les minutes proclamant officiellement son élection à titre de nouvelle députée de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis.

« Je suis encore fébrile et même émue, comme au premier moment. Je suis honorée du résultat et de la confiance que les gens m’accordent. Je suis bien là-dedans et je peux continuer ce que j’ai commencé en politique, je pense que c’est une chance extraordinaire », a-t-elle mentionné d’emblée.

« La campagne que nous avons menée a dû se faire avec toutes sortes de procédures et de mesures. Il y a des choses que nous faisions dans les autres campagnes que nous n’avons pu faire cette année. C’était assez singulier. J’ai quand même fait un peu de porte-à-porte et visité toutes les municipalités », a-t-elle ajouté.

Même si elle se retrouvera dans l’opposition, Mme Vien dit qu’elle entend travailler avec la même fougue et la même détermination qu’on lui connait. Pour elle, les dossiers seront nombreux à l’agenda. « Évidemment il y a le chantier Davie, le 3e lien et la pénurie de main-d’œuvre sur lesquels on devra se pencher rapidement, puis ça presse. »

À ce sujet, Mme Vien estime que les versements de la Prestation canadienne de relance économique (PCRE) devront cesser rapidement. « Il faut arrêter ça, tout en étant bienveillants envers les gens qui ont besoin d’un coup de pouce. Il faudra supporter les entreprises et leur permettre d’investir dans leur organisation. Il n’y a pas une seule solution. Au niveau de l’immigration, il faut rendre ça plus fluide, plus agile, permettre à nos aînés de travailler plus longtemps, ça aussi nous avons des solutions à proposer chez les conservateurs. »

C’est au Normandin de Saint-Anselme que Marie-Christine Richard, candidate du Bloc Québécois, a suivi le déroulement du vote.

Belle première expérience

La bloquiste Marie-Christine Richard, qui en était à une première campagne à titre de candidate, a tracé un bilan positif de cette campagne, sa formation terminant au deuxième rang dans la circonscription, comme en 2019.

« J’ai apprécié que ce soit une campagne respectueuse autant lors du débat que sur le terrain. Je savais que Mme Vien était une bonne pointure et que je devrais me battre. J’ai eu peu de temps pour m’organiser. J’ai adoré le fait que les gens reconnaissent mes racines bellechassoises et partout où je suis passé, je pouvais établir un lien avec les gens puisqu’on avait des connaissances communes », a-t-elle commenté.

Elle confirme qu’elle sera de nouveau candidate du Bloc Québécois à une prochaine élection fédérale. « J’ai le sentiment d’avoir manqué de temps pour rencontrer tous les gens que j’aurais souhaités. Une équipe virtuelle versus une équipe avec une présence physique continue, ce n’est pas le même contexte. Je n’ai pas fait de porte-à-porte, mais plutôt du parc à parc, pour respecter les mesures sanitaires. Je n’ai fait aucune activité intérieure, ce qui enlevait des possibilités. J’étais là pour gagner et j’ai visité toutes les localités du comté et j’ai eu un très bel accueil partout et particulièrement où je pensais que ce serait plus difficile. »

Daniel Vaillancourt du Parti libéral a pris le troisième rang au terme du scrutin de lundi.

Une place pour le vote progressiste

Au lendemain du vote où il a pris le troisième rang, le candidat libéral Daniel Vaillancourt s’est dit tout de même heureux du résultat, ajoutant que son parti avait mieux fait que lors du vote de 2019 et qu’en ce sens, c’était de bon augure pour le futur.

« Tout en sachant que les Conservateurs sont très présents dans le comté depuis longtemps et que la pente était ardue, on voit qu’en additionnant le vote libéral et bloquiste, il y a une solide base progressiste dans le comté », a-t-il mentionné en ajoutant que son parti, au sein duquel il entend demeurer impliqué, aura du travail à faire afin de vendre son programme et renouveler sa base qui est plus âgée.

« On souhaite que la clientèle plus jeune, les X et les Y, s’impliquent davantage dans l’avenir. Avec le maintien d’un gouvernement libéral, même minoritaire, on a sauvé plusieurs éléments importants comme l’entente de 6 MM $ pour les garderies, ainsi que celles pour l’électrification des transports et l’internet haute vitesse dans Bellechasse. On va s’assurer du maintien des programmes dont nous avons besoin et l’économie va continuer à progresser », a-t-il mentionné.

S’il entend demeurer impliqué au sein de l’Association libérale fédérale de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, il ne sait pas encore s’il se présentera lors de la prochaine élection, insistant pour dire qu’il s’agira d’une décision familiale.

« En raison de la pandémie, on a pu mener une certaine campagne virtuelle qui ne requérait pas un trop grand nombre de bénévoles et j’étais à l’aise de faire cela, malgré mon manque d’expérience. Est-ce que la pandémie sera toujours là lors du prochain scrutin ? On souhaite que non, alors ce sera un autre enjeu et on espère que nous aurons davantage de moyens financiers pour mener une plus grande campagne sur le terrain. »

Réactions positives de Stéphanie Lachance

Invitée à commenter le résultat de l’élection fédérale, la députée de Bellechasse à l’Assemblée nationale, Stéphanie Lachance, a elle aussi salué l’élection de Mme Vien. Même si les deux étaient adversaires lors de la dernière élection provinciale, elle dit avoir appris à travailler avec cette dernière lors de ses deux années à la barre de la MRC des Etchemins.

« Pour moi, c’est quelqu’un qui connaît le comté et sa dynamique, ainsi que les dossiers en cours. C’est une continuité pour moi qui était habituée de travailler avec les Conservateurs. On est toujours plus à l’aise quand on travaille avec des gens qu’on connait et que l’on sait comment ils mènent leurs dossiers. Le fait de ne pas avoir à recommencer à zéro, ça simplifie notre travail et cela va nous rendre plus efficaces plus rapidement », a-t-elle précisé.

Avec la collaboration d’Éric Gourde

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires