MRC de Bellechasse: budget équilibré, mais hausse des quotes-parts

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
MRC de Bellechasse: budget équilibré, mais hausse des quotes-parts
Les maires de Bellechasse ont récemment adopté le budget pour la prochaine année. (Photo : La Voix du Sud)

La MRC de Bellechasse dépose un budget équilibré surpassant les 20 millions $ pour 2022, en hausse de 8,42 % comparativement à l’an dernier. C’est au chapitre des quotes-parts où les municipalités devront en faire davantage. Après une hausse de 10,01 % l’an dernier, l’augmentation pour l’an prochain se chiffre à 10,11 %.

C’est au niveau des eaux usées (21,80 %) et de l’administration (9,97 %), de même que pour la collecte et le traitement des matières résiduelles (respectivement à 12 et 8 %) que les hausses les plus substantielles se font sentir au chapitre des quotes-parts exigées des municipalités.

Contrairement à l’an dernier, aucune hausse n’est toutefois observée dans les secteurs de l’inspection et de l’urbanisme, ainsi qu’au transport adapté et au transport collectif. L’augmentation de cette année est due en grande partie au renouvellement des ententes de travail avec les employés de bureau et manuels, explique la directrice générale de la MRC, Annick Beaudoin. « Ces ententes étaient échues depuis le 31 décembre 2019 et une rétroaction s’applique. Les quotes-parts de 2020 et 2021 n’avaient pas été impactées par cette augmentation. C’est pourquoi 2022 est touchée. » Il s’agit tout de même de la deuxième année de suite où les quotes-parts augmentent de plus de 10 %. La hausse pour 2020 s’était élevée à 7,6 % et à 3,73 % l’année précédente.

Plusieurs des orientations intégrées dans les prévisions budgétaires nécessitent une hausse du financement du service de gestion des matières résiduelles dans le but de maintenir le niveau de services offerts. L’implantation d’actifs pour la gestion de la matière organique et l’implantation du tri robotisé est devenue un incontournable afin de répondre aux exigences gouvernementales dans cette matière. « On doit se faire des provisions pour se préparer à l’implantation de la collecte des matières organiques et tous les emprunts qui viendront avec l’achat d’équipements à cet effet. Tout ça est pour répondre aux exigences du gouvernement d’enfouir le moins de matières possible », ajoute Mme Beaudoin.

Elle ajoute que la MRC fait de plus en plus de choses à la demande des municipalités. « Depuis l’année dernière notamment, nous avons ajouté des personnes au niveau des ressources humaines pour aider les municipalités à recruter. Elles font face aux mêmes défis que nous en matière de recrutement et rétention de la main d’œuvre. Beaucoup de choses s’ajoutent, mais plusieurs sous le principe d’utilisateur-payeur. Ce sont les municipalités qui nous donnent des mandats. »

Des augmentations sont aussi effectives au chapitre des eaux usées, la MRC ayant changé de fournisseur de service pour la vidange des fosses septiques. « Ce n’est pas une quote-part, c’est une tarification. Nous ne faisons que gérer un contrat de service et on tarifie en conséquence », précise-t-elle.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires