Saint-Cyprien : spectacle original au profit de l’église

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Saint-Cyprien : spectacle original au profit de l’église
Le producteur Richard Aubé (en bas à droite) entouré du compositeur Fabrice Tremblay (en bas à gauche) et des comédiens qui ont assuré la lecture des lettres du public. Au centre, le jeune Alexis Baillargeon qui a joué le rôle de facteur au début de la représentation. (Photo : La Voix du Sud - Serge Lamontagne)

CULTURE. Un spectacle original visant à amasser des fonds pour la réfection de la toiture de l’église de Saint-Cyprien a été présenté le samedi 4 décembre dernier dans les murs de l’édifice religieux.

Intitulé « Lettre à mon église », cet événement a été imaginé par Richard Aubé, producteur installé à Québec et originaire de Saint-Cyprien qui avait, notamment, produit la pièce de théâtre présentée dans le cadre du centenaire de la municipalité il y a cinq ans.

« C’est lors d’un souper entre amis, à la fête du Travail, que les membres du comité Au cœur de mon village m’ont approché. Ils font beaucoup d’efforts pour trouver de l’argent pour finaliser la réfection de la toiture et cherchaient de nouvelles sources de financement afin de finaliser les travaux l’été prochain. Ils m’ont demandé si j’avais une idée. En une heure, le comité était réuni et je leur présentais mon concept », indique-t-il.

Dans celui-ci, les citoyens étaient invités à écrire une lettre à l’église qui serait ensuite lue devant public. Entre le début septembre et le 29 octobre, ce sont 37 lettres qui ont été reçues par le comité qui les a ensuite remises à M. Aubé qui a préparé la soirée de lecture qui a réuni près de 200 personnes (plus de 250 billets ont été vendus).

Quatre comédiens de Québec ont offert, le 4 décembre, une lecture publique de 37 lettres ou écrits touchant l’église de Saint-Cyprien.

« Ces écrits venaient de résidents de la municipalité ou de gens qui connaissent bien l’église de Saint-Cyprien. Chacun devait payer 20 $ par lettre acheminée et ces personnes étaient invitées à assister à la lecture devant public, sans savoir qui la lirait et dans quel ordre elle serait lue », indique le producteur qui ajoute qu’il pouvait s’agir autant d’écrits historiques et véridiques que d’histoires inventées pouvant se passer à l’église même, mais aussi au presbytère ou encore au cimetière.

Les lettres ont été lues à tour de rôle par quatre comédiens de Québec, avec qui M. Aubé a travaillé par le passé, qui ont accepté d’offrir leur temps bénévolement pour la cause. Il s’agit des comédiennes Marie Dumais et Véronique Aubut, de Jack Robitaille, ancien directeur artistique du théâtre de la Bordée de Québec, ainsi que de Carl Poirier-Peterson, comédien travaillant à Montréal. Un autre ami et complice de M. Aubé, le compositeur Fabrice Tremblay, a préparé des trames musicales qui ont servi de lien entre les textes présentés.

« Mon horaire ne me permet pas de faire cela souvent, car je suis beaucoup sollicité pour différentes causes. Je supporte la Maison Dauphine à Québec et j’ai à cœur d’aider à la préservation de l’église de Saint-Cyprien. La vie est assez bonne pour moi, alors c’est une façon de redonner à ma communauté d’origine. Je suis sensible à ce que vivent les gens du village et ces derniers me le rendent bien, ils sont hyper généreux et affectueux à mon égard », d’indiquer M. Aubé qui a également tenu à souligner la participation du jeune Alexis Baillargeon, 10 ans, qui jouait le rôle de livreur de courrier au début de la représentation, apportant les lettres à chacun des lecteurs.

6 500 $ amassés

Si l’objectif de départ était d’amasser 5 000 $, le président du comité Au cœur de mon Village, Mario Therrien, a souligné que cette activité avait permis de récolter 6 500 $.

Lancés en 2019, les travaux de réfection de la toiture étaient évalués, à ce moment, à près de 180 000 $. Les deux tiers du projet ont été réalisés jusqu’ici et le comité souhaite amasser, d’ici les prochains mois, une somme de 60 000 $ pour terminer leur réalisation. Cet argent servira surtout à payer les contacteurs qui seront embauchés pour compléter les travaux, la tôle requise pour ce projet ayant été achetée il y a trois ans.

Le jeune Alexis Baillargeon, 10 ans, jouait le rôle de livreur de courrier au début de la représentation, apportant les lettres à chacun des lecteurs.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires