Le presbytère de Saint-Michel sera classé patrimonial

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Le presbytère de Saint-Michel sera classé patrimonial
Le presbytère de Saint-Michel, ainsi que l'ensemble du site au cœur du village, sera officiellement classé patrimonial par le gouvernement du Québec. (Photo : gracieuseté)

PATRIMOINE. La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, annonce la signature d’un avis d’intention de classement de l’ensemble paroissial de Saint-Michel, incluant le presbytère, une grange à dîme et le cimetière, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Dans un communiqué émis lundi, la ministre et la députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, ont souligné que par ce geste, le gouvernement souhaite protéger le bâtiment érigé en 1740, tout en préservant la valeur patrimoniale d’exception qui est rattachée à celui-ci et à l’ensemble du site comprenant une grange à dîme et le cimetière.

« Lorsqu’un immeuble et un site sont sous avis d’intention de classement, ceux-ci doivent être traités comme s’ils étaient classés », précise-t-on dans le même communiqué. 

Le maire Stéphane Garneau a qualifié d’excellente nouvelle l’annonce de cet avis qui, a-t-il rappelé, touche également l’orgue de l’église de Saint-Michel, qui a été fabriqué en 1897 par le facteur Napoléon Déry, ainsi que le bâton de bedeau, conçu par l’orfèvre Laurent Amiot vers 1820.

« Cet avis d’intention est une première démarche menant au classement d’un immeuble par le gouvernement. Celui peut prendre un certain temps avant de se concrétiser, mais cela permet de mettre un cadenas et d’empêcher tout projet visant à transformer le site », a-t-il indiqué en ajoutant qu’une simple citation du presbytère, de l’église ou de l’ensemble de la Place de l’église par la municipalité ou la MRC n’aurait pas empêché une transformation du site.

« Une telle citation assurera la conservation patrimoniale du site et nous aidera à préserver son aspect visuel original, en supposant que nous aurons accès à des subventions ou de l’aide financière pour le faire, ce à quoi on s’attend dans le futur. Comme nous sommes une petite municipalité, que la plupart de nos revenus proviennent des taxes municipales, que nous n’avons pas d’industries et que Saint-Michel est d’abord une municipalité à vocation agricole, nous sommes limités dans les actions que nous pouvons faire », poursuit-il en ajoutant que le budget actuel sert plus à l’entretien au quotidien qu’à la sauvegarde.

M. Garneau ajoute qu’il entend la députée Stéphanie Lachance afin d’établir, avec elle, un plan de match à cet effet.

Nouveau comité sur les actifs municipaux

Comme il l’avait promis en campagne électorale, le maire Garneau a souligné que les élus de Saint-Michel avaient profité de leur dernière séance pour lancer un avis public annonçant la création d’un comité consultatif sur les actifs municipaux.

Ce comité sera composé d’élus et de citoyens qui souhaitent s’impliquer, afin de préparer des consultations publiques sur différents actifs municipaux, dont le presbytère. « On va faire un premier tri, afin de s’attaquer aux projets chauds qui nécessiteront une consultation publique. Le comité entendra les projets et les suggestions, puis planifiera les consultations publiques avec les citoyens », mentionne-t-il en ajoutant que le comité devra donner les lignes directrices permettant de trouver la bonne vocation intérieure pour le presbytère.

« La citation, de ce que j’en comprends, touche l’enveloppe extérieure des bâtiments, la préservation des points de vue et de l’ensemble du site », rappelle le maire qui ajoute que si une nouvelle vocation peut éventuellement être donnée au presbytère, qui appartient à la municipalité, tout agrandissement du presbytère ou de tout autre bâtiment du secteur est exclu et l’assentiment du ministère sera requis pour tout projet entourant cet ensemble. 

« Les membres de la Société des amis du presbytère, tout comme ceux du Comité du presbytère, n’ont pas encore présenté leurs projets au conseil, mais ce sera une occasion pour eux de le faire dans les prochaines semaines. Il y a peut-être d’autres citoyens, qui sont dans l’ombre et qui ont des idées ou des projets, qui pourraient être rencontrés », conclut M. Garneau qui rappelle que cet avis est loin d’être un frein au développement du site, car la municipalité pourra profiter de support et d’accompagnement de la part du gouvernement qui possède énormément de ressources qui sont méconnues.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires