Malgré la crise sanitaire : la saison de ski alpin démarre du bon pied

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Malgré la crise sanitaire : la saison de ski alpin démarre du bon pied
Les opérations vont bon train depuis le 17 décembre à la Station touristique Massif du Sud. (Photo : gracieuseté)

SPORTS. Les centres de ski alpin de la région ont amorcé leur nouvelle saison quelques jours avant le début de la période des Fêtes. Force est de constater que malgré les mesures sanitaires, les dirigeants des stations interrogées sont satisfaits des résultats, jusqu’ici.

C’est le cas notamment à la Station touristique Massif du Sud de Saint-Philémon, dans Bellechasse, qui a accueilli ses premiers clients lors de la fin de semaine du 17 au 19 décembre.

« Nous vivons un excellent début de saison, même si on a commencé un peu plus tard que d’habitude. On a enregistré une hausse de 80 % sur l’an passé en décembre et la meilleure moyenne d’achalandage pour la même période au cours des cinq dernières années », soulignait le directeur général Alain Contant lors d’un entretien effectué au retour des Fêtes, ajoutant que le mois de janvier s’annonce tout aussi intéressant.

« C’est pas mal mieux que l’an dernier où, le 29 décembre, les pistes étaient sur le gazon et le pont reliant le chalet aux pistes sur le béton », rappelle-t-il en ajoutant que la station a été ouverte tous les jours lors du temps des Fêtes, à l’exception du 25 décembre et du 1er janvier.

Soulignons qu’au moment d’écrire ces lignes, 100 % des pistes étaient ouvertes, que plusieurs sous-bois étaient accessibles aux skieurs, que la station avait ouvert ses trois sentiers pour l’ascension en forêt et que le snow-parc était en préparation.

En ce qui a trait aux mesures imposées jusqu’ici aux stations de ski, M. Contant souligne que la clientèle respecte très bien celles-ci, notamment au niveau du port du couvre-visage. « Nous sommes choyés dans l’ensemble, notre clientèle respecte bien les règles gouvernementales dans l’ensemble. On a un bâtiment réservé pour la lecture des codes QR et l’achat des billets de saison en ligne permet d’accélérer le service, car les détenteurs doivent le fournir à l’achat et c’est enregistré pour le reste de l’hiver. On a appris à faire avec les mesures, même si ce n’est pas idéal », poursuit le dirigeant-propriétaire.

Si la décision de fermer les salles à manger a surpris l’industrie de la restauration, Alain Contant rappelle que les stations de ski comme la sienne n’échappent pas à cette situation et qu’ils ont dû s’ajuster rapidement.

« On a développé un service de take-out qui permet aux gens de pouvoir se commander un repas et de le consommer à l’intérieur de leur voiture. On avait acheté beaucoup de nourriture en début de saison et on espère que cela nous aidera à passer celle-ci et à limiter nos pertes. On a bien hâte de voir ce que le gouvernement annoncera après le 17 janvier. »

M. Contant rappelle par ailleurs qu’en début de saison, la décision du gouvernement de limiter à 50 % la capacité d’accueil des chalets de ski avait obligé la station à restreindre l’accès au chalet presque exclusivement à sa clientèle de ski et à ne pas accepter les motoneigistes, comme par le passé.

Situation acceptable au Mont-Orignal

Directrice des services administratifs au Mont-Orignal, Krystel Audet soulignait, lors d’un récent entretien avec le journal, que si l’achalandage à la station de Lac-Etchemin avait diminué de façon sensible (une baisse de 40 à 50 % sur un début de saison normal), celui-ci demeurait quand même acceptable en tenant compte des conditions sanitaires actuelles. L’enneigement de la station va bien jusqu’ici, tout le côté est étant ouvert.

« L’achalandage n’est pas si mal, compte tenu des circonstances. Le temps des Fêtes a été moyen, mais malgré tout, on est chanceux. On prend la clientèle qui est là avec nous. On a eu des bris à la remontée mécanique les 24 et 31 décembre, ce qui n’a pas aidé, mais au moins celle-ci fonctionne à 100 % et il n’y a pas d’attente, comme l’an passé. C’est un début de saison correct, mais on espère que ça changera au cours des prochains jours. Cependant, rien n’est moins sûr », précise Mme Audet qui souligne toutefois que les sentiers de ski de fond et de raquette sont très populaires, l’utilisation du passeport vaccinal n’étant pas obligatoire à ce niveau.

Fermeture du restaurant puis de la boutique de ski les dimanches pour au moins trois semaines, température froide et réduction des heures d’ouverture en soirée, en raison du couvre-feu sont autant d’éléments avec lesquels la station de ski a également dû composer.

« Nous sommes également affectés par un manque de personnel, plusieurs de nos employés étant en isolement. Il faut aussi jongler avec les horaires puisque nous devons fermer à 21 h 15 au lieu de 22 heures en raison du couvre-feu (qui se terminera le 17 janvier), afin de laisser aux gens le temps de retourner à la maison. »

Elle ajoute que les annonces du gouvernement ont amené beaucoup d’annulations et demandes de remboursement. D’autres ont reporté à plus tard leur sortie de ski alpin.

« Comme on a une clientèle familiale, ça nous touche davantage. Ce sont des sorties qui sont onéreuses et en plus, les gens doivent manger dans leurs voitures, car ils ne peuvent entrer dans le chalet que pour se réchauffer et aller à la salle de bains », ajoute-t-elle en rappelant que la vérification du passeport vaccinal est un autre élément dont il faut aussi tenir compte.

Le Centre Ski-Beauce de Vallée-Jonction est en opération depuis le 18 décembre dernier.

Centre Ski-Beauce

Au Centre Ski-Beauce de Vallée-Jonction, qui est ouvert du vendredi au dimanche, la directrice Marie-Michèle Gagnon souligne que la saison s’est amorcée le 18 décembre dernier et que tout se déroule très bien jusqu’ici, l’achalandage ressemblant à celui de l’an dernier « qui avait été très bon. »

« Dans la situation actuelle avec la pandémie et les restrictions, beaucoup de personnes et de familles se sont lancées dans la pratique du ski alpin ou la planche à neige et d’autres ont redécouvert ce sport, car c’est l’une des seules activités qu’ils peuvent pratiquer. La seule chose qui nous nuit jusqu’ici, c’est l’accès limité au chalet de ski et l’interdiction d’y manger », souligne Mme Gagnon qui précise que les dix pistes sont accessibles, tout comme le parc de planche à neige.

Centre de ski de Saint-Georges

Soulignons enfin qu’au Centre de ski de Saint-Georges, les activités ont démarré dans la première semaine de janvier avec deux pistes et que d’autres pistes devaient s’ajouter ce week-end.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires