Michel Clair: un retour à une politique plus citoyenne

Michel Clair: un retour à une politique plus citoyenne

Michel Clair considère que son retour en politique municipale lui permet de se rendre utile envers son milieu d'adoption qui l'a bien accueilli depuis 13 ans.

SAINT-MICHEL – Natif de Saint-Germain-de-Grantham et résident de Saint-Michel-de-Bellechasse depuis 2001, l’ancien ministre Michel Clair fait maintenant partie du paysage politique Bellechassois en tant que membre du conseil municipal de Saint-Michel.

28 ans après sa défaite électorale de 1985, où il a perdu son siège de député de Drummond par une faible marge de 102 voix, M. Clair a accepté de servir à nouveau ses concitoyens.

« J’ai la chance de vivre dans une belle municipalité offrant de nombreux enjeux, notamment en matière de patrimoine et d’histoire. J’étais prêt à m’impliquer et je trouvais important de le faire. Je suis très à l’aise là-dedans », signale le conseiller municipal.

Michel Clair ajoute qu’il y a une motivation très citoyenne derrière sa décision. « Je le fais sans prétention, dans le but de travailler à la sauvegarde de notre patrimoine. Quand on regarde tout ce qui se passe à l’échelle planétaire, la municipalité est une belle place où s’impliquer car nous sommes près des gens », poursuit l’ancien ministre péquiste qui dit apprécier grandement sa nouvelle vie loin des caméras et des médias.

Celui qui a quitté la vie publique après sa défaite électorale de1985 dit avoir perdu tout intérêt à s’impliquer en politique provinciale ou fédérale. Il n’est d’ailleurs membre d’aucun parti. « Je l’ai fait dans le passé et je ne regrette rien, mais je suis passé à d’autre chose depuis ce temps. »

Du public au privé

Michel Clair dit apprécier sa vie qu’il partage pour l’instant entre Saint-Michel et Montréal, où il travaille sur semaine. Celui-ci est président et chef de la direction du Groupe santé Sedna, entreprise québécoise spécialisée dans le domaine de l’hébergement et des soins de longue durée.

Après sa défaite électorale en 1985, l’ancien député-ministre péquiste est devenu directeur du Chef de Cabinet de l’Opposition officielle, poste qu’il a occupé pendant deux ans avant de devenir directeur général de l’Association des Centres d’accueil du Québec, de 1987 à 1994.

Il a ensuite œuvré pendant trois ans (1997-2000) à Hydro Québec, principalement à titre de PDG d’Hydro Québec International, avant de présider en 2000-2001, la Commission sur le financement des services de santé, communément appelée la Commission Clair.

Retour à la campagne

Amoureux du Saint-Laurent, il se cherchait un pied-à-terre le long du fleuve et c’est sur la rue des Remparts, à Saint-Michel, qu’il a trouvé ce qu’il cherchait en 2001.

« Je suis issu du milieu rural et comme j’ai passé toute ma vie professionnelle en ville, je cherchais un endroit où je pourrais m’évader et avoir une retraite paisible. Un jour, alors que je me promenais sur la jetée, j’ai eu le coup de foudre pour cette maison qui était à vendre depuis peu. J’ai été le premier à la visiter et je l’ai achetée » mentionne-t-il fièrement, ajoutant avoir ensuite acquis la propriété voisine où il a aménagé un potager et un petit verger.

Michel Clair dit aimer la municipalité de Saint-Michel qui, dit-il, est un village à échelle humaine, d’une grande beauté qui se marie à merveille avec le Saint-Laurent. Il souhaite prendre sa retraite d’ici deux ans.

Comme l’entreprise a des activités dans la région de Québec, il pourrait demeurer à titre de consultant « ce qui me permettrait de demeurer actif tout en passant le plus de temps possible à la maison. »

Poster un Commentaire

avatar