Nouveau terrain de balle à Lac-Etchemin : un sujet qui divise

Nouveau terrain de balle à Lac-Etchemin : un sujet qui divise

Le maire de Lac-Etchemin, Camil Turmel, a entendu les commentaires des citoyens présents à l’assemblée publique de consultation.

Crédit photo : La Voix du Sud – Serge Lamontagne

LOISIRS. Les rumeurs concernant un éventuel déménagement du terrain de balle de Lac-Etchemin de la 1re Avenue vers l’aréna, ont cours depuis plusieurs années dans la localité.

Désireux de tâter le pouls de la population sur cette question, le conseil municipal tenait une assemblée publique d’information et d’échanges qui a réuni près de 80 personnes lundi soir au Centre culturel.

Sans avoir fait d’études poussées, mais en se fiant à des projets similaires menés dans d’autres localités, dont Saint-Tite-de-Champlain en Mauricie, le maire Camil Turmel croit qu’un tel projet pourrait nécessiter un investissement allant de 500 000 $ à 700 000 $.

M. Turmel a souligné que le conseil étudiait la question depuis que la municipalité avait une contribution gouvernementale de 116 000 $, sur un projet avoisinant 250 000 $, prévoyant la mise aux normes du terrain de balle, du terrain de tennis et du terrain de pétanque, ainsi que le déménagement du skate-park de l’Éco-Parc vers l’aréna. Ce dernier projet se réalisera au cours du printemps, ce qui permettra de libérer plus de 90 espaces de stationnement supplémentaires pour l’Éco-Parc.

C’est une assemblée divisée qui s’est prononcée sur le sujet, tout comme l’actuel conseil municipal qui, a rappelé le maire, ne s’est pas encore prononcé sur le sujet, mais devra assurément prendre une décision le plus rapidement possible. Chose certaine, le terrain de balle actuel ne peut être agrandi, selon le maire. «C’est une question qu’on a vérifiée, il n’y a aucune modification possible sur le site actuel.»

Plusieurs citoyens présents prônaient le maintien du terrain de balle sur le site actuel, rappelant le caractère patrimonial du site, à proximité du lac Etchemin, et s’élevant contre la transformation possible de celui-ci en vaste espace de stationnement, par exemple.

Jonathan Asselin, coprésident du comité organisateur du Tournoi de balle molle familial de Lac-Etchemin, s’est dit en faveur d’un déménagement du terrain de balle molle.

D’autres en revanche, dont les représentants du Tournoi de balle molle familial de Lac-Etchemin,  se sont dits favorables à l’aménagement d’un nouveau terrain de balle qui serait plus grand et répondrait mieux aux besoins des jeunes inscrits au baseball mineur. Cela sans oublier les adultes qui, comme eux, souhaitent continuer à jouer à la balle molle, mais pour qui le terrain de balle molle actuel ne répond plus aux besoins du fait qu’il n’a pas les dimensions règlementaires requises.

Projet de parc intergénérationnel

Si le terrain de balle devait être déménagé derrière l’aréna, cela devrait, selon le maire Turmel, mettre en périple un autre projet sur lequel planche la municipalité depuis plusieurs années soit l’implantation d’un parc intergénérationnel sur les terrains de l’aréna, du centre culturel et de l’école Notre-Dame.

Responsable de la vie communautaire à la municipalité de Lac-Etchemin, Jude Émond a d’ailleurs présenté les grandes lignes de ce projet sur lequel son collègue José Poulin, entre autres, travaille depuis plusieurs années. Ce parc comprendrait sept plateaux différents, mais les coûts entourant son aménagement, ainsi que les sources de financement, restent à préciser.

«C’est certain que si l’on devait accueillir le terrain de balle à cet endroit, le projet devrait être entièrement revu», a précisé le maire.

Jean-Philippe Lehouillier et Catherine Poulin de l’Éco-Parc se sont aussi adressés à la foule présente.

Au terme de l’assemblée, le maire Turmel a indiqué qu’une décision sera prise assez rapidement. «Je veux que nous prenions une orientation au cours des prochains mois. Il faudra statuer, car on aura des travaux à effectuer rapidement sur la 1re Avenue.»

Pas une demande de l’Éco-Parc

Présente à cette rencontre d’information, la présidente du conseil d’administration de l’Éco-Parc, Catherine Poulin, a tenu à préciser que son organisme n’avait jamais demandé au conseil municipal de déménager le terrain de balle molle afin d’y aménager des espaces de stationnement, contrairement à ce que certains pouvaient avancer.

En vertu d’une entente avec le conseil municipal, cependant, le terrain de balle molle pourra au besoin être transformé en stationnement temporaire durant les vacances de la construction, ce qui permettrait d’accueillir de 110 à 130 voitures, selon le cas.

Membre du conseil d’administration, Jean-Philippe Lehouillier a souligné qu’avec le terrain de balle et le déménagement du skate-park, l’Éco-Parc pourrait disposer d’environ 500 espaces de stationnement cet été, ce qui permettrait de répondre adéquatement à un achalandage ressemblant à celui de l’été 2018.

Si les besoins grandissants de l’Éco-Parc risquent d’amener une rareté du nombre de stationnement, les deux administrateurs ont convenu qu’il était encore difficile de mesurer les besoins des prochaines années avec la mise en service de la piscine à vagues et des nouveaux jeux d’eau. «On se laisse quelques années pour mesurer l’impact de ces nouvelles infrastructures et on verra pour la suite», indique Mme Poulin qui ajoute que l’organisme souhaite répertorier et mieux publiciser tous les espaces de stationnement disponibles dans le secteur.

L’implantation d’un service de navette a aussi été étudiée, mais celles-ci s’avère complexe en raison des coûts, des responsabilités et des permis, entre autres. «Si jamais le terrain de balle devenait disponible un jour, c’est certain qu’on lèvera la main, mais ce ne sera pas nécessairement pour un stationnement.»

C’est sur ce terrain, à l’arrière de l’aréna, que le terrain de balle molle pourrait être déménagé, advenant que le conseil municipal aille de l’avant avec ce projet.

Poster un Commentaire

avatar