SADC Bellechasse-Etchemins : une année pas comme les autres

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
SADC Bellechasse-Etchemins : une année pas comme les autres
La présidente de la SADC Bellechasse-Etchemins. Mélanie Carrier, ainsi que la directrice générale Katie Fortier ont salué la résilience des entreprises de la région qui ont su innover et se renouveler pour passer à travers une année 2020-2021 marquée par la pandémie. (Photo : gracieuseté)

AFFAIRES. La pandémie a posé son lot de défis pour les entreprises de Bellechasse-Etchemins et cela s’est reflété dans les activités de la SADC Bellechasse-Etchemins qui a dû, elle aussi, adapter son offre de services en 2020-2021.

Profitant de sa 27e assemblée générale qui s’est déroulée en mode virtuel le lundi 5 juillet, la direction de l’organisme a mentionné que de l’aide totalisant 1 684 000 $ avait été consentie aux entreprises de Bellechasse-Etchemins au cours de la dernière année, du jamais vu.

De ce chiffre, 1,3 M$ ont été versés à 79 entreprises du territoire par le biais du Fonds d’aide à la relance régionale (FARR), octroyé par Développement économique Canada dans le but de faciliter le retour à une économie de croissance en raison de la pandémie.

De ce nombre, des prêts totalisant 1 076 500 $ ont été consentis à 32 entreprises qui auront jusqu’au 31 décembre 2022 pour les rembourser. En parallèle, de l’aide directe totalisant 228 134 $ a été versée à 53 entreprises, afin de les aider à s’adapter à la pandémie.

« Plusieurs d’entre elles voulaient créer une nouvelle boutique en ligne ou améliorer celle qu’elles avaient déjà. De l’aide a aussi été offerte au niveau des ressources humaines et de la comptabilité, ou encore pour aider certaines entreprises à développer de nouveaux marchés ou réaliser des campagnes de marketing », indique la directrice générale Katie Fortier qui ajoute que ce programme ne devrait pas reconduit en 2021-2022.

« On a des entreprises qui ont innové en fabriquant des produits en lien avec la COVID, que ce soit de l’affichage, des plexiglas, des équipements de sanitation ou autres. À part celles dans l’événementiel ou la restauration qui avaient moins de possibilités de faire du take-out, la plupart de nos entreprises se sont bien tirées d’affaire », poursuit-elle en ajoutant que les différents programmes d’aide gouvernementaux, notamment les subventions salariales ou pour les loyers, avaient également été d’un grand soutien.

Programmes réguliers

En contrepartie, la SADC poursuivait son mandat de financement d’entreprises pour des projets de démarrage, d’expansion et de relève et à cet effet, des prêts totalisant 380 000 $ ont été autorisés, permettant ainsi la création ou le maintien de 178 emplois. Katie Fortier souligne que ces montants, versés tant dans les volets régulier que jeunesse, sont inférieurs aux années précédentes, ce qui était à prévoir dans un cadre de pandémie.

« Les gens n’étaient pas en mode développement et cherchaient surtout des outils pour consolider leur fonds de roulement, ce qu’ils ont pu obtenir par le biais du FARR. On s’entend que les projets de relève ont été mis sur pause, car ce n’était pas une période propice pour acheter des entreprises », poursuit-elle en mentionnant que pour la prochaine année, des investissements de 950 000 $ sont prévus à cet effet, ainsi que 1 000 heures de services-conseils et de suivis, contre 615 heures en 2020-2021.

Soulignons également que ce possible retour à la normalité devrait également se concrétiser avec la reprise de certaines activités comme l’événement inspirant qui avait été annulée en début d’année 2021, mais devrait être présenté en 2022. Quant au Rendez-Vous de l’entrepreneuriat Bellechasse-Etchemins, prévu pour l’automne 2021, celui-ci sera remis à l’automne 2022.

Postes à pourvoir

Soulignons que plusieurs défis se dressent également au sein même de l’organisation de la SADC qui, depuis plusieurs semaines, est à effectif réduit avec seulement deux employés à temps plein. « Nous avons deux postes de conseillers et un poste d’adjoint à la direction à combler. Quant à la comptabilité, elle est déjà donnée à contrat », précise Mme Fortier qui ajoute qu’un poste est également vacant au sein du conseil d’administration. Le maire de Saint-Philémon, Daniel Pouliot, remplacera Vital Labonté en tant que représentant la MRC de Bellechasse.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires