L’armée canadienne suscite beaucoup d’intérêt

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
L’armée canadienne suscite beaucoup d’intérêt
À leur arrivée à l'aréna, les gens pouvaient découvrir et visiter des véhicules militaires comme ceux-ci. (Photo : La Voix du Sud - Serge Lamontagne)

LAC-ETCHEMIN. Une vingtaine de militaires étaient de passage à Lac-Etchemin le samedi 21 janvier dans le cadre d’une activité d’approche communautaire qui se déroulait dans trois localités de Chaudière-Appalaches, les autres étant Beauceville et Thetford Mines.

Ces militaires faisaient partie du 5e Régiment d’artillerie légère, du 1er Bataillon du 22e Régiment ainsi que du Régiment de la Chaudière.

À son arrivée sur place, le public pouvait découvrir, dans un premier temps, un véhicule blindé léger de génie, un véhicule Cougar servant aux activités de déminage ainsi qu’une pépine militaire qui peut atteindre des vitesses allant jusqu’à 80 km/h.

À l’intérieur, les gens pouvaient rencontrer des représentants du Régiment de la Chaudière (Réserve), qui en profitaient pour faire découvrir leur unité et leur permettre de manipuler sécuritairement des armes légères. Tout près, un kiosque dédié au recrutement était installé et les personnes intéressées pouvaient s’enquérir des différentes possibilités de carrière et d’études qui leur sont offertes.

Au deuxième étage de l’aréna, près des estrades, différents kiosques ont suscité l’intérêt du public qui pouvait en apprendre davantage sur des opérations comme la fouille et le déminage, la plongée sous-marine ou la construction de ponts et l’ingénierie. Les tireurs d’élite et membres de l’unité de reconnaissance du Royal 22e Régiment ont également suscité l’intérêt chez les gens.

Selon le Major Andrew Steel, porte-parole de l’armée, le 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada, organisateur de l’événement, souhaite se faire connaître davantage auprès des populations de la grande région de Québec et Chaudière-Appalaches et si cela devait se faire par le biais d’un important exercice sur le terrain, qui n’a pu avoir lieu pour diverses raisons, des activités comme celle de samedi dernier risquent de devenir de plus en plus fréquentes.

« Ce que nous visons à montrer, c’est que sommes d’abord des humains et que nous sommes accessibles. Les gens nous voient nous promener sur la route et ils peuvent être parfois gênés de nous poser des questions et c’est pour cela que nous sommes ici aujourd’hui », a-t-il précisé en se réjouissant de la réponse positive des gens.

« Les gens ont montré beaucoup d’intérêt envers ce que l’on fait. Comme nous étions à l’aréna et qu’il y avait des matchs de hockey mineur, on a pu profiter du trafic de la journée. Dès que les gens voient des véhicules à l’extérieur et les armes que nous montrons à l’intérieur, il y a beaucoup d’intérêt et ils posent beaucoup de questions. Cela valait la peine de venir à la rencontre des gens et on souhaite le faire le plus souvent possible, car cela permet de rassurer les gens et de leur montrer que nous sommes ici pour eux », poursuit-il en rappelant que les militaires, en dehors des zones de combat, sont souvent appelés a intervenir lors d’inondations, de feux de forêt ou autres.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires