Le CSSS des Etchemins souhaite contrer la pénurie d’infirmière

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Le CSSS des Etchemins souhaite contrer la pénurie d’infirmière
Martin Veilleux

Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) des Etchemins doit composer avec une pénurie d’infirmières. Pour contrer cette problématique, l’établissement vient de s’entendre avec le syndicat local SPSQ-FIQ sur une entente permettant d’améliorer les conditions de travail des infirmières qui y travaillent. Ce faisant, l’établissement souhaite favoriser la rétention de son personnel et devenir plus attractif pour les infirmières de la relève. Cette entente a été élaborée en étroite collaboration avec la direction des soins infirmiers.

L’entente prévoit que les infirmières du CSSS pourront presque toutes accéder à des postes à temps complet au cours des prochaines semaines. Avant la signature de cette entente, plus de 50 % des infirmières occupaient un poste à temps partiel, bien que la plupart d’entre elles étaient appelées à effectuer des remplacements pour combler leur semaine de travail.

Ces salariées officiellement « à temps partiel » sont très régulièrement appelées à travailler en temps supplémentaire afin d’assurer la continuité des soins et services. La structure ne correspondant plus à la réalité, des ajustements significatifs devaient apportés estime l’organisation.

Dans un domaine où le recrutement se fait de plus en plus difficile, le CSSS des Etchemins souhaite devenir des plus attractifs, avec 90 % de ses postes en soins infirmiers à temps complet. Les postes d’entrée pour les nouvelles embauches seront de 3,5 jours par semaines (7 jours par 14 jours de calendrier). Le directeur des soins infirmiers, M. Yves Roy, est très heureux de cette entente. L’avenue pourrait également servir dans le but de favoriser le recrutement et la rétention du personnel dans d’autres titres d’emploi ».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires