Résidence Louis-Philippe Côté: fermeture définitive le 30 avril prochain

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Résidence Louis-Philippe Côté: fermeture définitive le 30 avril prochain
La Résidence Louis-Philippe Côté d'Armagh fermera officiellement ses portes le 30 avril prochain, ou même avant. (Photo : gracieuseté)

ARMAGH. Aux prises avec une situation financière difficile depuis trois ans, notamment en raison d’un trop grand nombre de loyers vacants, la Résidence Louis-Philippe Côté d’Armagh fermera officiellement ses portes le 30 avril prochain.

La mauvaise nouvelle a été annoncée aux locataires le 25 février dernier, puis confirmée par la voie d’un communiqué acheminé aux résidents d’Armagh en début de semaine dernière.

Dans l’envoi aux citoyens, on rappelle qu’en moyenne, cinq des 14 logements étaient vacants au cours des trois dernières années, mais que la situation s’était empirée au cours des dernières semaines avec sept logements qui n’étaient pas loués, cela malgré les nombreux efforts de promotion menés depuis l’été 2020.

En début d’année 2021, la députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, avait annoncé le versement d’une contribution non récurrente de 5 000 $, venant du budget discrétionnaire de la ministre Marguerite Blais, pour aider au financement des opérations. Puis en avril de la même année, le conseil municipal, alors dirigé par l’ancien maire -Sarto -Roy, avait décidé d’octroyer une aide financière de 10 000 $ pour l’ensemble de l’année 2021. Celui-ci n’avait toutefois pas voulu s’engager davantage en raison des élections municipales de novembre 2021 et de la venue d’un nouveau conseil municipal.

Cette somme, si elle était la bienvenue, ne permettait pas au CA de la résidence « de s’engager à long terme envers des personnes qui auraient été intéressées à s’établir à la Résidence », indique-t-on dans le communiqué en ajoutant qu’une demande d’aide financière a été déposée auprès du nouveau conseil le 17 novembre et que le 5 janvier, les administrateurs de la résidence avaient rencontré les élus, par visioconférence, pour leur brosser un tableau de la situation.

« Plusieurs suivis téléphoniques ont été effectués par la suite et après un délai interminable de 84 jours suivant la date initiale de notre demande, Mme Bernier (Suzie Bernier, mairesse) a finalement informé le CA par courriel, en date du 8 février dernier à 22 heures 12 minutes, que le conseil municipal refusait notre demande d’aide financière. Cette décision a été officialisée par le Conseil municipal par voie de résolution lors de la réunion publique tenue le 2 mars dernier, soit 105 jours suivant la date du 17 novembre 2021. Si on avait eu une réponse en décembre, nous aurions pu publier un communiqué deux mois à l’avance pour inciter les gens à s’établir à la résidence, sans quoi elle allait fermer », écrit-on également dans l’envoi acheminé aux résidents.

Dans un entretien avec le journal la semaine dernière, le secrétaire du CA de la résidence, Christian Noël, s’est demandé pourquoi, dans son courriel du 8 février, Mme Bernier annonçait que le conseil « maintenait sa décision », ce qui selon lui laissait entendre que celle-ci était déjà prise. « On se demande pourquoi ils ont attendu aussi longtemps pour nous l’annoncer. Ils ont étiré l’élastique au maximum et pendant ces deux mois, on a mangé 25 000 $ en liquidités. Maintenant, il ne nous reste que 20 000 $, d’ici la fermeture, pour payer les employés, les comptes et les frais fixes, sans oublier les préavis à notre personnel », déplore-t-il en ajoutant que si la fermeture était annoncée pour le 30 avril, il est possible que ça se fasse avant selon lui, car les résidents se sont tous trouvé de nouveaux logis au cours des dernières semaines.

Pour ce qui est de l’avenir de l’immeuble, Christian Noël souligne que la Société d’habitation du Québec (SHQ) travaille actuellement à le vendre à un organisme qui œuvre auprès d’une clientèle ayant des difficultés, mais que rien de concret n’est conclu pour le moment. Le CA actuel ne sera plus en fonction après le 22 juin 2022, soit à la fin de la convention de 25 ans qui a été conclue en 1997 avec la -SHQ qui deviendra propriétaire des lieux si -celui-ci n’est pas vendu d’ici ce temps.

La mairesse d’Armagh, Suzie Bernier.

La mairesse commente

Invitée à commenter le contenu de la lettre du CA de la Résidence Louis-Philippe Côté, puis la décision municipale établie dans la résolution du 2 mars, la mairesse Suzie Bernier confirme que la demande d’aide financière avait bel et bien été déposée le 17 novembre, mais qu’aucune décision n’a pu être prise ou confirmée avant l’adoption du budget le 26 janvier.

« Les 84 jours, c’est facilement explicable. J’ai acheminé un courriel le 8 février, mais j’avais déjà communiqué avec la présidente du CA, Ginette Bernard, le 29 janvier pour l’informer de notre décision. J’aurais pu envoyer un courriel à ce moment au lieu du 8 février, c’est mon erreur, je l’assume et ce n’était pas intentionnel. Ce qui est certain, c’est que je n’aurais pas pu donner de réponses entre le 17 novembre et le 26 janvier », indique Mme Bernier qui ajoute que même si la municipalité avait donné de l’argent, cela n’aurait pas empêché la fermeture de la résidence à plus ou moins brève échéance, à moins d’une hausse importante du nombre de locations.

« C’est l’argent des 1 500 citoyens d’Armagh et si on avait acquiescé à leurs demandes, cela aurait représenté trois cents du 100 $ d’évaluation sur le compte de taxes. Cela n’a pas été une décision facile, il y a eu beaucoup de discussions entre la mi-novembre et la mi-janvier, beaucoup de revirements de situations, beaucoup d’échanges de courriels et des demandes qui se sont ajoutées. À la dernière -AGA de la Résidence, il n’y a eu que trois personnes et cela a aussi joué dans la balance », poursuit la mairesse.

« Ce sont des gens d’Armagh qu’on va perdre, on en est conscients et c’est triste, mais on a aussi eu la Résidence Le Royal qui a démarré ses opérations il y a deux ans et qui est maintenant fermée. Les locataires ont 14 eu jours pour se trouver une nouvelle place et il n’y a personne qui s’est braqué contre la municipalité en nous disant qu’on n’avait rien fait, car c’était du privé. La résidence est générée par un OBNL, mais ça reste un organisme indépendant de la municipalité. »

Détail de la résolution

Pour le conseil d’Armagh, la Résidence Louis-Philippe Côté était à un point de non-retour et plusieurs des scénarios évoqués dans la demande d’aide financière laissaient entrevoir une fermeture de l’établissement au plus tard le 31 décembre 2023.

Dans le libellé de la résolution de refus adoptée lors de la séance du 2 mars dernier, on y apprend que la principale demande d’aide financière était établie sur un horizon de deux ans avec, dans un premier temps, un montant de 10 000 $ qui aurait permis de prolonger cette fermeture de deux mois seulement, avec huit logements loués sur 14. On proposait également le versement d’une contribution de 30 000 $ pour 2022 qui, toujours avec huit locataires, aurait repoussé l’inévitable au 31 décembre prochain. Si la municipalité s’engageait pour un montant supplémentaire de 30 000 $ en 2023, toujours pour huit locataires, la fermeture aurait eu lieu le 31 décembre 2023.

En tout, sept scénarios ont été présentés à la municipalité par le CA de la résidence. De ce nombre, deux ne nécessitaient pas d’aide financière de la municipalité et auraient permis d’éviter toute fermeture, soit la location d’au moins 11 des 14 logements qui aurait permis à la résidence de faire ses frais, puis de faire des profits à partir de la 12e location.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Annie
Annie
3 mois

Je trouve cela tres dommage vue le vieillissement de la population il faudrait qui soit dans un autre municipalité