Saint-Nazaire : une famille élargie en cadeau !

SAINT-NAZAIRE. La fête de Noël a une signification particulière, depuis quelques années, pour la famille de Diane Bélanger et Stéphane Fillion de Saint-Nazaire. C’est encore plus vrai cette année, surtout que la famille s’est officiellement élargie, passant de cinq… à neuf enfants !

Déjà parents de cinq enfants âgés entre 11 et 24 ans, le couple en a légalement adopté quatre autres, tous issus de la même famille, le 28 novembre dernier lors d’une audience tenue au palais de justice de Saint-Joseph.

Cette décision de la cour est venue confirmer la fin d’une aventure qui s’est amorcée il y a près de dix ans pour trois des quatre enfants concernés, et huit ans pour la famille Bélanger-Fillon qui a accueilli ses premiers «pensionnaires» le 23 décembre 2010.

C’est à ce moment que Louis Enrique, alors âgé de 4 ans, Diana, 3 ans et le petit Laurent, 15 mois, sont arrivés chez eux sur un ordre de cour et à la suggestion de leur père biologique, le frère de Diane, qui ne voulait pas que ses enfants ne se retrouvent en famille d’accueil.

«Les deux plus vieux, qui sont nés au Honduras, sont restés trois mois et sont revenus régulièrement, par périodes. Quant à Laurent, il est toujours resté chez nous, car il avait besoin de soins particuliers en raison d’une maladie dégénérative aux reins», indique Diane qui ajoute qu’ils se sont aperçus, dès le 26 décembre, que Laurent n’allait pas bien et avait besoin de soins rapides. Il a finalement été hospitalisé pendant sept mois.

«Il a subi de nombreux tests et a même passé deux semaines aux soins intensifs. On a vraiment failli le perdre, mais ils ont fini par trouver ce qu’il avait ainsi qu’une médication adaptée pour lui. On ne pouvait rien faire pour sauver ses reins, la greffe devenait inévitable», ajoute Stéphane Fillion.

Pendant ces sept mois, Diane a multiplié les voyages entre la maison et les hôpitaux, notamment l’Hôpital Sainte-Justine de Montréal. Stéphane passait le plus clair du temps à la maison afin de s’occuper de l’entreprise familiale (Ferme Andéline) ainsi que de ses cinq enfants, soit Alexandra, Élisanne, Émilia, Wilhelm et Gaël. Ces deux derniers avaient le même âge que Louis Enrique et Diana quand ils sont arrivés à Saint-Nazaire, en décembre 2010. Les aînées, qui allaient à l’école secondaire, aidaient leurs parents dans les tâches quotidiennes de la maison, en plus de s’occuper des plus jeunes.

La famille Bélanger-Fillion une fois le processus d’adoption prononcé, le 28 novembre dernier au palais de justice de Saint-Joseph.

Neuf enfants en permanence

Pendant cinq ans, Louis Enrique et Diana étaient soit avec leurs parents biologiques, soit à Saint-Nazaire où ils revenaient régulièrement pour les Fêtes, les vacances et d’autres séjours, à leur demande. Les visites régulières à l’hôpital (deux à trois fois par semaine) se poursuivaient avec Laurent. Les aînés sont revenus en permanence à Saint-Nazaire juste à temps pour la fête de Noël 2015 et plusieurs événements ont suivi cette arrivée.

Après que Laurent se soit soumis à la dialyse en septembre 2015 et une demande pour une greffe de reins a été déposée le 1er mars 2016. Onze jours plus tard, la famille recevait en appel de l’Hôpital Sainte-Justine leur apprenant qu’ils en avaient trouvé un rein et la greffe a eu lieu dès le lendemain. «Nous étions très surpris, car d’habitude c’est assez long comme démarche. De plus, comme il était à moitié latino d’origine, il y avait plusieurs critères à respecter», mentionne Diane.

En août de la même année, la petite Élizabeth, demi-sœur de Louis Enrique, Diana et Laurent, s’est ajoutée à la famille. Celle-ci n’avait alors que cinq jours lorsqu’elle a été prise en charge par le couple. «Elle ne pouvait pas repartir avec sa mère qui a accepté de nous la céder, en sachant que c’était nous. Il a fallu acheter du matériel et du linge de bébé, car on n’en avait plus», poursuit Diane qui ajoute qu’Alexandra a dû courir les boutiques et les friperies pour trouver le nécessaire pour l’accueillir.

Diane Bélanger et Stéphane Fillion avec la cadette de la famille, la petite Élizabeth, qui a eu deux ans en août dernier.

Beaucoup d’adaptation

Avoir neuf enfants, ça demande beaucoup d’adaptation, de temps, de patience et d’organisation, reconnait le couple. Même si les aînées vivent maintenant à l’extérieur, la maison des Bélanger-Fillion était initialement aménagée pour accueillir cinq enfants. Cela n’a toutefois pas arrêté le couple qui a aménagé des chambres au sous-sol.

Alexandra vit maintenant à Saint-Raphaël avec son copain et Élisanne possède une maison à Saint-Nazaire. De son côté, Émilia va au Cégep et vit chez Alexandra la semaine, mais passe les week-ends à la maison familiale. Les rencontres de familles, qui surviennent assez régulièrement, se déroulent à 14, en incluant les conjoints !

Les démarches d’adoption ont débuté en mars 2018 et se sont conclues de façon positive le 28 novembre dernier, les quatre enfants devenant des Bélanger-Fillion à part entière. Si ces démarches ont été longues, l’audience en elle-même a été rapide. «Au palais de justice, ils n’ont pas vu souvent une famille adopter quatre enfants du même coup», précise Stéphane avec humour.

Greffe et maladie

Au moment où Laurent allait subir sa greffe de rein, Stéphane est lui aussi tombé malade. Les médecins lui ont diagnostiqué le «poumon du cultivateur», ce qui l’a obligé à vendre le troupeau laitier pour se concentrer sur la production porcine.

«Je maigrissais à vue d’œil. Les médecins pensaient, sans me le dire au départ, que j’avais un cancer. Le poumon était affecté et je toussais énormément. Il devait y avoir un champignon que j’ai pogné quelque part, probablement dans le foin. On ne pensait pas que ce serait si grave, mais quelqu’un qui a cela et ne se fait pas soigner peut en mourir», précise Stéphane qui indique qu’encore aujourd’hui, les symptômes reviennent quand il travaille dans la poussière.