Une tornade frappe Saint-Camille

Par Andre Poulin

Une tornade a causé d’importants dégâts dans le rang 2 de Saint-Camille, le vendredi 16 juillet dernier, vers 14 h 30.

Selon René Héroux des services météorologiques d’Environnement Canada qui s’est rendu sur les lieux, la semaine dernière,  il s’agissait non pas d’une microrafale, mais d’une tornade de force F0, qui s’accompagne de vents de 120 km/h sur l’échelle de »Fujita » qui va de F0 à F5 et qui détermine le genre de dommages selon la vitesse du vent d’une tornade.

 «Lors d`une microrafale, les vents soufflent en ligne droite et les dommages sont concentrés sur un secteur plus large que long alors que dans le cas d`une tornade, il s`agit d`un »tourbillon » ou colonne d`air en intense rotation et en contact avec le sol. Dans le cas d’une tornade, les dommages suivent un corridor assez long mais très étroit» explique M. Héroux, qui estime à une dizaine de kilomètres la longueur de la trajectoire de la tornade ayant frappé Saint-Camille et qui aurait pris naissance à la limite des municipalités de Sainte-Justine et Saint-Camille.

Le phénomène météorologique dévastateur a causé des dommages importants à 5 érablières du rang 2 de Saint-Camille dont trois étaient exploités soit l’érablière des deux versants, propriété de Serge Boutin, Lucie et Normand Latulipe où 1,5 hectares des 42 hectares de la propriété ont été touchés à 50 %,  l’érablière Clermont Boutin et fils où les érables de 3 des 65 hectares de la propriété ont été couchés dans des proportions variant de 60 à 80 %,  et l’érablière du Groupe Dyveck, où les érables présents sur 3 des 186 hectares de la propriété ont été renversés par le vent dans une proportion variant de 70 à 85 % et un garage démoli.

Dans ces trois cas, les tubulures présentes dans les superficies mentionnées ont évidemment été écrasées. Des lignes électriques ont aussi été détruites par cette tornade qui a finalement causé des dégâts à deux autres érablières soit celle de Georges Alexandre où les arbres de 1,5 hectare de forêt de sa propriété de 60 hectares ont été brisés et Jacques St-Pierre où on estime que 3 des 48 hectares de la propriété ont été affectés dans des proportions variant entre 60 et 80 %.  Bien qu’il ne soit pas possible pour le moment de déterminer le nombre précis d’érables touchés par cette violente tornade, les propriétaires en estimaient le nombre total à plus ou moins 3 000.

Une photo valant mille mots, les photos accompagnant cet article illustrent éloquemment l’importance des dégâts causés par les vents  qui ont non seulement couché des milliers d’érables, mais aussi des lignes électriques et de tubulure.

Par l’entremise de la municipalité, une demande de dédommagement sera faite au ministère de la Sécurité publique pour la partie des pertes qui ne serait pas couverte par les assurances, notamment les arbres.

Notons en terminant que les tornades ne sont pas un phénomène rare puisque selon M. Héroux, chaque été, on compte en moyenne 6 tornades au Québec, la plupart de forces F0 ou F1, dont la vitesse des vents atteint entre 120 et 180 km/h pour ce qui est des F1 et que les tornades ne sont pas rares dans la région de Bellechasse-Montnagny où la dernière signalée remonte aussi récemment que le 12 août 2007 à Saint-Just de Bretenières.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires