Témoignages de reconnaissance adressés à Ghislaine Côté-Bélanger et Marcel Fournier

Par Andre Poulin
Témoignages de reconnaissance adressés à Ghislaine Côté-Bélanger et Marcel Fournier
Joanne et Lucille de la Fondation Lucille Perreault entourent Ghislaine Côté Bélanger et Marel Fournier

Bien connues pour leurs implications sur la scène publique, deux personnalités bien en vue de Bellechasse-Etchemins, Mme Ghislaine Côté-Bélanger de Saint-Nazaire et M. Marcel Fournier de Sainte-Justine ne se sont pas contentés de s’illustrer dans cette sphère d’activité, comme ils continuent d’ailleurs toujours à le faire, ils se sont aussi dépensés sans compter pour leurs proches.

Dix personnes en ont témoigné de façon convaincante et touchante jeudi dernier, à l’occasion de l’activité reconnaissance organisée par La Fondation Lucille Perreault au Moulin La Lorraine de Lac-Etchemin.

Tout à tour – Claude Lachance, Pierre-Yves Vachon, Lucille Laliberté, Françoise Bourgeault et finalement son frère Réal Côté, qui l’ont côtoyée dans sa vie publique ou dans sa vie privée, ont d’abord témoigné du l’altruisme de Ghislaine Côté-Bélanger, cette femme énergique, dévouée, dynamique et déterminée, qui a tenu le rôle de proche aidante avec son mari Denis auprès de leur fille Julie. Atteinte de spina bifida, qui fut diagnostiquée peu après sa naissance en 1980, Julie vit maintenant dans un appartement adapté.

L’amour et les soins attentionnés de son père et de sa mère, comme en a témoigné de façon émouvante Réal, le frère de Ghislaine, auront donc fait mentir le funeste pronostique des médecins, ce qui ajoute au mérite de cette femme exceptionnelle qu’est Ghislaine Côté-Bélanger. Comme elle le conseillait dans le mot de remerciement qu’elle a prononcé à cette occasion dans lequel elle remerciaient les orateurs pour les bouquets de petites tapes dans le dos qui permettent de grandir et de prendre des responsabilités, Mme Bélanger aura sans doute multiplié les encouragements à sa fille pour lui permettre d’être ce qu’elle est aujourd’hui.

Puis le préfet Hector Provençal, son ami Bruno Turcotte, sa collaboratrice Isabelle Giasson, sa tante Lina Vachon et sa conjointe Clémence Lamontagne ont témoigné de leur attachement et de leur appréciation pour Marcel Fournier, qui est impliqué depuis 20 ans dans les Caisses Desjardins de la région, auxquelles il a insufflé un vent de renouveau.

Son rôle de proches aidant, Marcel Fournier il l’a tenu auprès de ses parents Gilberte Vachon et Arthur Fournier, qui sont tous deux décédés en 2012 après de longues maladies, qui l’ont amené à quitté son emploi en juin 2011 pour s’occuper d’eux.

Sensible, généreux, aimable, attentif et réfléchi, responsable, homme de cœur et de devoir inspiré par des valeurs fondamentales sont quelques-unes des qualités énoncées dans les témoignages de reconnaissance à son endroit.

Finalement, ce dernier remercia son entourage et les familles Vachon et Fournier du soutien qu’ils lui ont accordé dans l’accompagnement de ses parents au cours de leurs derniers mois de vie.

Une conférence d’André Harvey sur le thème du don de soi, puis la remise d’enveloppes-cadeaux à 16 aidants et aidantes naturelles grâce aux profits tirés de la vente du livre «Biographies des personnalités marquantes de Bellechasse-Etchemins» publié par la Fondation Lucille Perreault ont aussi ponctué cet après-midi de reconnaissance initié par la Fondation Lucille Perreault.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires