Honfleur: fermeture de la résidence Fleuribel

AÎNÉS. La résidence Fleuribel, située à Honfleur, devra fermer ses portes au cours des prochains jours en raison des problèmes financiers vécus par l’exploitant de la ressource, confirme le CISSS Chaudière-Appalaches.

Une décision de la Cour Supérieure, le 4 juin dernier, où la firme Lemieux Nolet a été nommée à titre de séquestre intérimaire, force le CISSS à fermer et mettre en vente la résidence, forçant ainsi la relocalisation des 42 résidents dans un court délai de deux à trois semaines.

« Le CISSS sera présent pour soutenir chaque résident et leur famille, car il est bien conscient que c’est assez déstabilisant pour les résidents et leurs familles. Ceux-ci seront jumelés à un intervenant social qui les aidera à identifier un nouveau un milieu de vie adapté à leurs besoins individuels. Des RPA à proximité de Honfleur bénéficieraient de places disponibles pour recevoir des résidents de Fleuribel », indique Jessica Poiré, relationniste pour le CISSS Chaudière-Appalaches.

D’ici à ce que la relocalisation soit complétée, le CISSS de Chaudière-Appalaches, en collaboration avec le syndic de faillite qui a la responsabilité du Séquestre, ainsi que la Coopérative à domicile qui viendra offrir ses services sur place, assumera de manière partielle les services de la résidence, en opération depuis avril 2011, jusqu’au départ de tous les résidents.

Interrogé sur le sujet, le maire de Honfleur, Luc Dion, à qui le journal a appris la nouvelle, avouait être surpris de ce dénouement, mais ajoutait que sa municipalité se mettait en mode solution rapidement. « Nous aurons une rencontre dès vendredi matin pour nous mettre à jour sur le dossier. Déjà nous avons quelques démarches de transmises. On pense d’abord aux résidents qui doivent être relocalisés. Il est certain que l’on aimerait garder ce service chez nous », a-t-il résumé.

Mme Poiré indique que le CISSS a accompagné la ressource en l’informant de tous les programmes et subventions disponibles pour la soutenir financièrement. « La RPA participait au programme de transition salariale offert aux RPA par le MSSS. Elle n’est toutefois pas éligible au programme d’allocations personnalisées ministériel, car il s’agit d’une ressource de plus de 30 places. » 

Elle ajoute que le CISSS était en suivi régulier de qualité avec cette RPA, tel que prévu dans le règlement, mais qu’il n’y avait pas d’enjeux majeurs de qualité des services nécessitant de suivis intensifs.