Louis-Philippe Chabot joint l’équipe de Ben Milot

Louis-Philippe Chabot joint l’équipe de Ben Milot

Louis-Philippe Chabot se réjouit de pouvoir se produire aux côté de Ben Milot qui a été un modèle pour lui.

Crédit photo : La Voix du Sud – Serge Lamontagne

MOTOCROSS. Au cours de la période estivale, Louis-Philippe Chabot de Sainte-Justine vivra uniquement de ses performances au volant de son motocross, un rêve auquel il aspirait depuis sa jeunesse.

Celui qui a conduit son premier engin à 10 ans seulement fait maintenant partie, sur une base permanente, de l’équipe du Milot Land Tour créée par Ben Milot, qui offre des spectacles et démonstrations partout au Québec et en Ontario.

Le Justinien a signé, au cours des dernières semaines, un contrat qui lui permettra de prendre part à 33 événements différents, ce qui l’a incité à quitter son emploi de plieur chez Rotobec pour se consacrer à 100 % à sa passion.

«La saison ne dure que cinq mois, soit de mai à septembre. J’ai beaucoup hésité avant de me lancer dans cette aventure, c’est certain. Je devais considérer les risques de blessures qui peuvent survenir en tout temps. J’ai malgré tout décidé de foncer et aller de l’avant, car cela faisait longtemps que j’en rêvais», signale celui qui s’est lancé de façon sérieuse dans la pratique du freestyle en motocross il n’y a que cinq ans.

Une fois sa décision prise, il a fait la tournée des commanditaires. Une dizaine d’entreprises de la région ont décidé de le soutenir. Les sommes amassées permettent d’assumer les frais d’essence pour ses nombreux déplacements, ainsi que les pièces de moto qu’il doit changer à l’occasion.

La haute voltige n’a plus de secret pour Louis-Philippe !

Autodidacte

Comme on le soulignait, cela fait seulement cinq ans que Louis-Philippe Chabot s’adonne de façon plus sérieuse à la pratique de son sport qui était un passe-temps auparavant. Mais le rêve couvait depuis un certain temps déjà.

«Quand j’ai vu cela pour la première fois à la télé, je me disais que c’était ce que je voulais faire plus tard dans la vie. Entre vouloir et le faire, il y a une marge toutefois», reconnaît le jeune homme de 25 ans qui a construit diverses rampes dont une de niveau professionnel, il y a cinq ans, sur un terrain qu’il loue dans le rang Ste-Marie à Saint-Cyprien. «Au début, c’était difficile de trouver un endroit où l’installer, car personne n’en voulait chez eux. J’ai réussi à trouver quelqu’un qui m’a loué cette parcelle de terrain et cela m’a permis de pouvoir m’entraîner à ma guise.»

Autodidacte, il a appris les rudiments de son métier par lui-même avant de s’inscrire dans un centre d’entraînement spécialisé de Vallée-Jonction, en Beauce, où il continue à s’entraîner chaque semaine. «Avant d’aller là-bas, je faisais des sauts, mais sans plus. Ils m’ont montré comment sauter, faire des manœuvres et ça m’a rapidement permis d’acquérir une expérience bénéfique.»

La porte d’une carrière en freestyle s’est entre-ouverte il y a deux ans alors que Louis-Philippe offrait des démonstrations, avec des adeptes de VTT, dans le cadre du Wake it Up/Festival d’été des Etchemins.

«J’avais offert une de mes meilleures performances à vie. L’an dernier, Ben Milot m’a invité à participer à gros spectacle présenté lors de l’Exposition agricole de Trois-Rivières. J’ai fait deux démonstrations pendant les 10 jours de l’événement, car mon emploi ne me permettait pas de me libérer la semaine. J’ai pris part à trois spectacles avec lui durant l’été, en plus d’un tournage télé.»

Louis-Philippe alors qu’il s’apprête à effectuer son mini-flip, figure qu’il est le seul au Québec à réaliser.

Mini-flip

Le contrat estival s’est concrétisé en début d’année en raison d’une cascade que Louis-Philippe est le seul au Québec à performer, soit le mini-flip. Il s’agit, selon le rider, du plus petit back flip en motocross au Québec. «Celui-ci s’effectue sur une rampe de trois pieds de hauteur. J’arrive à la plus basse vitesse possible et dans les derniers instants, j’accélère pour faire mon back-flip sur une distance de 10 pieds au maximum.»

Il a présenté ce numéro une première fois lors du salon de la moto de Québec, l’hiver dernier au Centre de foires. «C’est ce numéro qui a le plus intéressé Ben Milot et l’a incité à m’embaucher. J’ai fait deux spectacles l’hiver dernier et après, il m’a fait une offre que je ne pouvais pas refuser.»

Sur la route cet été

Ce printemps, à la demande de Ben Milot, Louis-Philippe a présenté son mini-flip dans huit événements de la tournée des «Monster Trucks Spectacular» présentés en Ontario, au Québec et dans les Maritimes. Le fait d’évoluer devant des foules de 15 000 personnes au Centre Vidéotron de Québec et au Centre Canadian Tire d’Ottawa ont été les faits saillants de cette tournée, selon lui.

Après une présence à Saint-Aimé-des-Lacs, dans Charlevoix, tout récemment, l’équipe du Milot Land Tour se produira du 5 au 14 juillet, à raison de deux représentations par jour, lors de l’Exposition agricole de Trois-Rivières. Suivront des prestations à Rimouski, Saint-Pamphile, Malartic et en Ontario, dans les prochaines semaines.

Une fois la saison terminée, Louis-Philippe n’entend pas retourner à son ancien emploi, ayant d’autres projets en tête pour cet automne, d’abord, mais aussi pour les prochaines années. Un retour sur les pistes avec Ben Milot l’an prochain, est également prévu. Il espère aussi trouver quelques contrats par lui-même, pour compléter son horaire.

Louis-Philippe Chabot devant la camionnette arborant les commanditaires qui l’appuient et dont il tient à souligner la contribution.

Poster un Commentaire

avatar