Nouvelle saison d’expositions au Moulin La Lorraine

Nouvelle saison d’expositions au Moulin La Lorraine

Josée Marceau, directrice artistique du Moulin La Lorraine, accompagnée des artistes Ernst Perdriel et Caroline Ariane Bergeron, ainsi que de Marie-Pier Tremblay Dextras, commissaire de l’exposition «Remplir l’abandon», présentée dans la Salle des Courroies.

Crédit photo : La Voix du Sud – Serge Lamontagne

ARTS. a programmation 2018 du Moulin La Lorraine de Lac-Etchemin est officiellement lancée avec la tenue de trois nouvelles expositions.

D’ici le 27 mai à la Salle Pierre-Beaudoin, les visiteurs pourront découvrir l’exposition Eaux Vives de l’artiste montréalaise Caroline Ariane Bergeron. Celle-ci regroupe des croquis, aquarelles et sculptures inspirés à la fois de la mer et du monde médical ancien.

Dans le Hall du Moulin, il sera possible de découvrir, d’ici le 10 juin, une exposition intitulée Missions de vie de l’artiste sherbrookois Ernst Perdriel. Il s’agit d’une première exposition solo pour l’artiste qui n’est toutefois pas un inconnu dans la région puisqu’il a participé au Symposium Arts et Rives présenté en 2016 à Lac-Etchemin, ainsi qu’à l’exposition collective «Passer le temps», l’an dernier au Moulin La Lorraine.

Ernst Perdriel présente des mosaïques conçues à partir d’éléments qu’il a récupérés autant le long des cours d’eau que sur des tas de roches ou en forêt. Il souligne que chaque tableau fait état de la quête ou des missions de vie de différents personnages ou animaux qui sont inspirées d’expressions connues comme Gravir les échelons, soulever des montagnes ou autres.

Enfin, dans la Salle des courroies, le public pourra découvrir l’exposition «Remplir l’abandon» réalisée par Les sympathiques charognards, collectif de photographes originaire de Rimouski dont les membres ont été appelés par Marie-Pier Tremblay Dextras, commissaire d’exposition, à remplir des cadres usagés avec leurs œuvres. En parallèle, chaque œuvre est accompagnée d’œuvres littéraires inspirées par ces œuvres et le thème de l’abandon.

«J’ai donné aux photographes le mandat de faire des photos qui parlent d’oubli, de négligence et de solitude, mais qui en même temps donnaient un peu d’espoir», signale Mme Tremblay Dextras qui ajoute que chaque artiste a travaillé séparément et s’est approprié le thème à sa façon. Cette exposition se terminera le 3 juin.

Poster un Commentaire

avatar