Espagne: des militants déguisés en dinosaures s’opposent à la course de taureaux

Irene Yagüe, The Associated Press
Espagne: des militants déguisés en dinosaures s’opposent à la course de taureaux

PAMPELUNE, Espagne — Des dizaines de militants pour les droits des animaux déguisés en dinosaures ont été pourchassés par d’autres militants dans les rues de la ville espagnole de Pampelune, mardi, pour protester contre la cruauté envers les animaux lors des célèbres fêtes de la San Fermin et leurs courses de taureaux.

Lors de la manifestation de mardi, les dinosaures étaient censés représenter les taureaux et la foule derrière, les fêtards de San Fermin. Les militants portaient des pancartes indiquant «La tauromachie est préhistorique». Ils ont affirmé que le but était de montrer que les courses pouvaient être amusantes et tenues sans aucune cruauté envers les animaux.

Il s’agissait de la 18e manifestation annuelle menée par People for the Ethical Treatment of Animals, ou PETA, et l’ONG espagnole AnimalNaturalis. Les manifestations ont normalement lieu un jour avant le début du festival, qui s’ouvrira avec le feu d’artifice traditionnel «chupinazo», à midi, sur la place de la mairie de Pampelune. Les courses commenceront jeudi.

«La tauromachie est la longue exécution ritualisée de taureaux, et de nombreux touristes qui viennent aux courses de taureaux ne se rendent pas compte que les mêmes taureaux avec lesquels ils courent dans quelques rues sont ensuite tués dans les arènes ce jour-là», a déclaré Chelsea Monroe, agente principale de la campagne numérique de PETA.

«Ils sont poignardés encore et encore pendant 20 minutes jusqu’à ce qu’ils soient morts, a déclaré Mme Monroe. Nous voulons que les touristes sachent que leur argent soutient cette industrie vraiment cruelle.»

Les protestations ne font pas grand-chose pour atténuer l’enthousiasme pour San Fermín, qui voit normalement la population de Pampelune de 200 000 habitants monter à environ 1 million pendant les jours de pointe du festival de neuf jours.

Le festival a été suspendu ces deux dernières années en raison de la pandémie de coronavirus. Les autorités craignent que les activités de la foule lors du festival n’entraînent une augmentation importante des infections cette année également.

Le point culminant du festival est l’«encierro» matinal, qui voit des milliers de personnes courir comme des fous pour éviter six taureaux alors qu’ils chargent le long d’une route sinueuse et pavée vers les arènes de la ville.

Le reste de la journée est consacré à manger, boire, danser et se divertir culturellement.

Les six taureaux sont invariablement tués dans des corridas chaque après-midi pendant le festival

«Le débat sur l’avenir de la tauromachie en Espagne n’a jamais été aussi vivant et les autorités doivent adopter une position claire, a déclaré Jana Uritz d’AnimalNaturalis dans un communiqué. Nous leur demandons le courage nécessaire pour dire s’ils sont favorables à la torture animale ou, au contraire, prêts à interdire de telles barbaries.»

La tauromachie est toujours immensément populaire en Espagne bien que le mouvement contre elle ait pris beaucoup d’ampleur ces dernières années. La tauromachie n’est interdite qu’aux îles Canaries bien qu’elle ne soit pas pratiquée beaucoup, voire pas du tout, dans certaines autres régions comme la Catalogne et les îles Baléares, qui incluent Majorque, Minorque et Ibiza.

Les groupes de défense des animaux citent des chiffres du ministère de la Culture, affirmant que 90 % des Espagnols n’ont assisté à aucun festival impliquant des taureaux en 2014-2015, la dernière année où la question a été étudiée.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires